Château-Thierry. Mouvement social chez Carrefour

Mardi 23 janvier, alors qu’Alexandre Bompard, le PDG du groupe Carrefour, dévoilait un plan de transformation sur cinq ans visant à rendre au distributeur sa compétitivité en France, le syndicat CFDT Carrefour appelait les salariés de l'enseigne à Château-Thierry à la grève.

En effet, l’organisation syndicale dénonce le passage en location-gérance de l’hypermarché au printemps.

 

Dès 4heures du matin, au fur et à mesure des prises de poste,

les salariés se sont retrouvés à l’extérieur du magasin pour manifester leur inquiétude face à la perte du bénéfice des accords d’entreprise du groupe. Ainsi plus de 100 personnes sur les 145 travaillant ici ont participé au mouvement.

« Sachant qu’environ dix collègues sont en arrêt longue maladie,

on peut donc annoncer un bon 90% de grévistes » précise Stéphanie Hire, la déléguée CFDT Carrefour Château-Thierry, au terme de

la journée.

 

Solidaires et inquiets également quant à l’avenir de leurs hypers, plusieurs délégués syndicaux CFDT et salariés de Carrefour Reims-Tinqueux dans la Marne et Thionville dans la Moselle,

sont venus à Château-Thierry rejoindre leurs collègues pour cette journée de mobilisation.

 

Le passage en location-gérance du site de Château-Thierry entrainera une perte des acquis sociaux comme notamment

la participation d’entreprise, l’intéressement collectif, la mutuelle

" en or ", les remises sur les achats, etc... Le préjudice financier

est estimé à environ 2 000 euros par an.

Du coup, le syndicat CFDT demande une compensation financière pour chaque salarié.

 

 

 

 

 

Pour rendre au distributeur sa compétitivité en France, à le faire entrer de plain-pied dans l'ère digitale et à répondre aux défis environnementaux et sanitaires de la distribution alimentaire,

le PDG du groupe Carrefour veut simplifier l'organisation, réduire drastiquement les coûts, investir massivement dans le numérique et modifier en profondeur l'offre alimentaire.

 

L'organisation va être simplifiée autour d'un siège unique à Massy dans l’Essonne, avec un plan de départs volontaires

de 2 400 postes. Par ailleurs, 273 anciens magasins Dia seront cédés, sur un total de 600. S'ils ne trouvent pas preneurs,

les magasins seront fermés et un plan social pour leurs 2 100 salariés sera lancé, avec l'objectif d'en reclasser " au moins la moitié ".

Alors que des fermetures d'hypermarchés étaient attendues en France, Carrefour passera seulement cinq d'entre eux en location-gérance, Cahors, Château-Thierry, Flers, Montluçon, Saint-Lô et réduira les surfaces des magasins.

 

Non loin du auvent abritant le drive, l’enthousiasme qui régnait  grâce au camion sono du syndicat CFDT, cachait en fait le blues profond des salariés. DB

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0