Le bulletin météo du jour

 

    La météo en direct                 Webcam                        Les prévisions

Loading

L' actualité du quotidien

Château-Thierry. François Kaeppelin quitte la présidence de l’Association Saint-Crépin

28 janvier 2023

Le président de l’association Saint-Crépin pour la restauration, la sauvegarde et la mise en valeur de l’église de Château-Thierry, François Kaeppelin, a annoncé qu’il passait « la main pour des raisons de santé » lors de l’assemblée générale annuelle de ce samedi 28 janvier au presbytère de la Rue de la Madeleine.

 

Renouvelé lors de cette assemblée, le conseil d’administration de l’association composé de dix-huit membres va donc élire un nouveau bureau.

 

 

 

 

 

Jean-Marc Pourcine conseiller municipal délégué au patrimoine, aux musées et

à la coordination touristique a annoncé une bonne nouvelle à la quarantaine d’adhérents présents.

 

 

 

 

 

 

Le 17 janvier, la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) a donné son accord pour lancer définitivement les travaux de réfection de la charpente et de la toiture, côté Sud, complétée par certains aménagements dont celui de la sacristie, côté Nord,

avec les subventions qui sont liées à cette opération.

 

La mairie Castelle va donc « lancer le dossier de consultation des entreprises dans quelques semaines ». Les travaux pourront être

alors réalisés « dans le courant du 2ème trimestre de cette année ».

 

Plus d’info à venir.

DB


Connigis. Assemblée générale annuelle de Connig’Anime le 9 février

26 janvier 2023

Le marché nocturne est l'un des temps forts de la vie de l'association.
Le marché nocturne est l'un des temps forts de la vie de l'association.

 

 

 

 

L’association Connige’Anime tiendra son assemblée générale annuelle, jeudi 9 février 2023 à 18 heures, dans les locaux de l’ancienne école

de Connigis.

 

 

 

 

 

 

«  L’action de notre association a été encore soutenue tout au long de l’année 2022, souligne le président Yves Gachein. Si vous êtes sensibles

à nos activités, si vous avez des questions, des suggestions, si vous avez envie de rejoindre notre équipe ou tout simplement envie d’échanger avec nous, nous vous invitons à venir nombreux à notre assemblée générale. »

DB


Château-Thierry. Déposez vos projets pour la 3e édition du budget participatif

26 janvier 2023

La 3e édition du budget participatif de la Ville de Château-Thierry est lancée depuis le 23 janvier 2023. Cette année encore, une enveloppe de 40 000 € sera dédiée au financement d’initiatives citoyennes innovantes et durables. Les Castels de 14 ans et plus sont invités à déposer leurs projets jusqu’au 19 février sur : www.chateau-thierry.fr/budget-participatif

 

 

Les projets devront être localisés sur le territoire de Château-Thierry, relever des domaines de compétences de la Ville, avoir une utilité publique et être d’intérêt collectif. Ils devront également concourir prioritairement au développement durable et au respect de la qualité du cadre de vie sans être redondants avec l’offre en équipement déjà disponible sur le territoire.

 

Les projets proposés feront l’objet d’une étude de faisabilité par les services municipaux et seront, s’ils sont réalisables, soumis aux votes des Castels au mois de mai.

 

Lors de l’édition précédente, une trentaine de projets avaient été proposés aux habitants de la Ville, et deux projets avaient remporté

le plus de suffrage :

  • l’implantation d’un chalet pour les chats à l’entrée du bois Blanchard est en cours de réalisation,
  • la création d’un sentier piétonnier, entre le square Jean Minard et la partie haute de la rue de la Barre a débuté en fin d’année 2022 et se poursuivra au premier trimestre 2023.

Jacqueline Boulonnois, conseillère municipale déléguée à la participation citoyenne, précise : « Le budget participatif se déroulera en

3 étapes : les citoyens sont invités à déposer leurs idées sur le site de la Ville ou à déposer leur dossier papier en mairie. Les projets réalisables seront ensuite soumis aux votes des Castels. Enfin, les projets retenus seront réalisés par la Ville. Il s’agit d’une vraie opportunité pour les habitants de Château-Thierry de faire entendre leur voix. »

 

Sébastien Eugène précise : « Depuis maintenant trois ans, ce budget participatif offre chaque année la parole aux Castels. Il permet à tous

les habitants de participer, en proposant leurs idées, et en votant pour celles qu’ils préfèrent. Malgré les restrictions budgétaires imposées par

la crise énergétique, la municipalité souhaite maintenir le budget participatif pour cette année 2023. A l’image de la récente consultation relative à la place de l’hôtel de ville, nous restons plus que jamais engagés pour développer la participation citoyenne au sein de notre cité poétique. »

Ville de Château-Thierry


[Culture] Hauts-de-France. 5ème Festival des lettres d’Amour et d’Amitié d’ici ou d’ailleurs

25 janvier 2023

 

 

 

 

L’écrivaine et biographe Gaëlle-Bernadette Lavisse propose un nouveau festival francophone

de la correspondance en hommage à la Nature. Ce festival littéraire de la correspondance

a démarré le 14  septembre 2022 et se clôturera le 21 mars 2023 lors de la journée mondiale

de la poésie.

 

Il s'inscrit dans le cadre du 5éme Festival francophone international et intergénérationnel de la poésie Hauts-de-France, en lien avec l'association pour la création littéraire chez les jeunes et les aînés basée au Québec.

 

 

 

 

 

 

 

« La correspondance écrite reste une opération irremplaçable dans notre société. La lettre demande une réflexion, un choix de mots,

qu'elle soit officielle, amoureuse, d'amitié ou professionnelle. Elle est témoignage et fait l'objet d'appréciation. Elle brave le temps. La lettre

est visiteuse, elle doit faire l'image de la courtoisie et du respect.

 

A l'issue du festival, toutes les lettres seront réunies dans plusieurs anthologies selon le thème proposé. Hommage à la nature qui nous émerveille et nous rend heureux. Nous sommes tissés de nature et nous en sommes extraits, disons lui merci pour ce qu'elle nous donne

au quotidien, changeons notre regard pour sa préservation.

 

Parrain du festival : Anthony Foussard gérant de la Voie Sauvage, organisme de formation et bureau d'étude en matière

de réensauvagement.

 

Nous petits humains avons besoin de vert, de bleu, de jaune, d'orange, de couleurs variées, de paysages, de rivières, de mers, de montagnes,

de sable, de liberté avant toute chose pour grandir en bonne santé et heureux. Nous ne sommes pas faits pour la grisaille, le béton et

la monotonie. Êtres de mouvements, avides d'amour, et d'aventures, c'est à elle que l'on se connecte pour se ressourcer et recharger

nos batteries. Elle est si belle et si différente à chaque saison, elle nous donne tant de choses au quotidien, son amour inconditionnel.

Elle nous nourrit, nous soigne, nous éclaire, nous illumine, nous berce, que l'on se doit de la mettre à l'honneur. Et c'est par le biais de l'écriture que je vous propose de lui rendre le plus beau de tous les hommages cette année. Je vous invite à chausser vos chaussures de marche, à prendre un bain de nature et de lumière, de vous imprégner d'elle, de faire corps avec elle, de l'embrasser, la chérir.

D'aller à l'aventure, de lever les bras au ciel en lui disant un grand Merci ! Armez-vous de votre appareil photo, de votre stylo, de votre carnet de notes et retranscrivez avec l'œil du peintre, et le cœur du sage votre profond amour pour elle, la Nature, qui vous aime depuis votre naissance car vous êtes avant toute chose des fils et des filles de la Nature.

 

Comme vous pourrez le constater sur l'affiche, de nombreux partenaires se sont associés à cet événement hors du commun pour que

l'on parle d'amour, de beauté, de protection, de préservation...

 

Un panel de jury extraordinaire qui par leur présence, leur goût de la lecture vont avoir la tâche ardue de lire avec attention chaque lettre

et d'en choisir les lauréats. Une belle aventure littéraire intergénérationnelle et internationale est lancée.

 

Au plaisir de vous lire, et de découvrir vos merveilles. » (Gaëlle-Bernadette Lavisse)

DB

Télécharger
7c6d3a4ca7df49478ce5de2c731cfa7dHchMZXoT
Image JPG 748.5 KB
Télécharger
7c6d3a4ca7df49478ce5de2c731cfa7dHchMZXoT
Image JPG 774.3 KB


Château-Thierry. La galère des voyageurs en gare de Château-Thierry doit inciter l’Agglomération et la SNCF à leur dédier chaque cm2 encore disponible en gare

25 janvier 2023

 

À la suite d’un acte de vandalisme, les voyageurs au départ des gares de Château-Thierry et du Sud de l’Aisne sont fortement impactés. Cet acte de vandalisme,

qui empêche tant de personnes d’aller travailler et de se déplacer, est inacceptable. Il devra être sévèrement puni.

 

 

Comme d’autres incidents précédents, il met aussi en évidence le manque de place en gare de Château-Thierry où les espaces d’attente sont presque réduits à néant, indignes d’une gare où transitent 4 000 voyageurs par jour. Il est indispensable que chaque cm2 dispo-nible soit dédié aux voyageurs.

 

Le projet de l’Agglomération dévoilé dans le journal L’Union ce 25 janvier 2023 est une aberration et ne correspond pas à ce qui avait été présenté aux élus. En l'état actuel, le projet consiste en la transformation du local commercial vacant (ex-Relay) en un espace de vente pour les transports Fablio - tant mieux - mais aussi en la création d’une salle de pause et de toilettes privatisées pour les chauffeurs

de bus. Le point d'accueil touristique semble également avoir disparu.

 

Il est tout à fait souhaitable que les chauffeurs des bus urbains puissent enfin disposer d’un espace de repos - le dépôt de bus sera livré avec 4 ans de retard.

Mais pourquoi l'installer dans le seul espace encore disponible en gare ? Un tel lieu pourrait tout à fait se trouver dans un appartement à proximité, dans le bâtiment attenant à la gare après rénovation ou au travers d’un partenariat avec les commerces alentour.

 

Plutôt que de palier la fermeture unilatérale des toilettes de la gare par la création de toilettes privatisées, l’accès devrait être rendu

à chaque voyageur. Toutes les gares de cette taille possèdent des toilettes ; pourquoi Château-Thierry en serait démuni ?

 

Alors que nous venons enfin d’avoir l’assurance d’une mise en accessibilité de la passerelle en 2025-2026 grâce à une forte pression et un suivi régulier, il y a lieu de poursuivre les efforts en faveur du confort des voyageurs.

 

Comme lors d’une motion votée en conseil municipal le 16 décembre 2022, la Ville appelle à nouveau l’Agglomération à agir en trans-parence et à présenter son projet, non seulement aux élus concernés mais aussi à l’ensemble des usagers.

 

Avancer dans l’opacité ne peut qu’amener la défiance. Qu’ont donc à cacher ceux qui refusent la transmission d’informations maintes fois demandées ?

Ville de Château-Thierry

Télécharger
Motion sur l’usage commercial du local c
Document Adobe Acrobat 269.8 KB

Jaulgonne. « Aide-moi à faire seul » : l’esprit des micro-crèches Graines et Compagnie

25 janvier 2023

À Jaulgonne, Émilie Boufatis a présenté , vendredi 20 janvier, Graines de Linotte, la troisième micro-crèche du groupe Graines

et Compagnie, lors de la cérémonie des vœux de la municipalité.

 

La gérante a tout d’abord tenu à mettre en lumière l’équipe de la micro-crèche composée de Caroline, Jenifer, Liise, Naïma et Milène (Laurence étant excusée), pour « leur engagement, leurs idées, leur travail et leur bonne humeur au quotidien ».

 

Graines de Linotte a pu voir le jour « suite à une liste importante d’attente dans les deux premières structures, Graines de Malice

et Graines d’Innocence et à la disponibilité de l’ancienne école de Jaulgonne ». La micro-crèche bénéficie à beaucoup d’enfants

du territoire dont les parents résident notamment à Jaulgonne, mais aussi dans les communes voisines, comme Trélou-sur-Marne, Essômes-sur-Marne ou encore Château-Thierry.

 

Aide-moi à faire seul

 

« Le projet éducatif des micro-crèches Graines et Compagnie s’inspire des pédagogies actives, explique Émilie Boufatis. Chaque enfant a

en lui la capacité de se développer par lui-même. Les professionnels au sein de la miro-crèche ont pour mission d’organiser l’environnement. Cela va permettre à l’enfant de conquérir sa liberté et son autonomie grâce à leurs propositions éducatives au quotidien. Nous pourrions facilement reprendre le crédo de Maria Montessori « Aide-moi à faire seul », car c’est l’esprit des micro-crèches Graines et Compagnie. Grâce

à Naïma, nous pouvons dire que notre micro-crèche est bilingue. Naïma s’adresse aux enfants exclusivement en anglais et ils la comprennent très bien. Nous avons également la chance d’avoir une salle Snoezelen. C’est un lieu de détente et de découverte sensoriel que les enfants et

les professionnels apprécient particulièrement. »

 

Respect de l’environnement

 

La micro-crèche Graines de Linotte utilise, comme les deux autres structures, des couches lavables et en assume l’entretien.

« C’est une réussite, poursuit Émilie Boufatis. Les parents adhèrent et les enfants les portent sans souci, même les plus grands. Dans cette logique respectueuse de l’environnement, nous n’utilisons que des produits sains pour l’entretien des locaux et l’hygiène des enfants.

Nous souhaitons également sensibiliser les enfants à la nature et à l’environnement par le biais de divers moyens, comme le plateau des saisons, le tri des déchets, mais aussi le potager qui va se mettre en place au printemps. Nous profitons des trésors de la nature en faisant souvent des balades par toutes saisons. »

 

Émilie Boufatis a conclu sa présentation en adressant ses remerciements aux personnes et organismes ayant soutenu le projet :

Anne Maricot et l’équipe municipale pour la mise à disposition et la réhabilitation des locaux et le loyer modéré dans le but d’un fonctionnement serein, l’État pour ses aides, les services du Département de l’Aisne pour la délivrance des autorisations d’ouverture,

la BNP Château-Thierry pour son suivi sur le projet, Christelle Fleurs pour la confection d’un cadeau de Noël pour les enfants,

sa famille pour son soutien et la gestion administrative des micro-crèches, les équipes des trois micro-crèches pour leur soutien durant les différentes étapes de la création de la petite dernière structure et les parents qui confient leurs enfants et font confiance chaque jour aux professionnels de Graines et Compagnie.

DB


Château-Thierry. Le camion « l’Aventure du Vivant » informe sur l’enseignement agricole

25 janvier 2024

 

 

Le camion « l'Aventure du vivant », dont la mission est d'aller au plus près des jeunes

et du grand public afin de présenter les formations de l'Enseignement Agricole, sera stationné à Château-Thierry, Place des États-Unis, jeudi 2, vendredi 3 et samedi 4 février de 09 heures à 18 heures.

 

 

 

Vaches, moutons, simulateur de conduite d'engins agricoles et viticoles... : Le Lycée de Crézancy y organisera des animations et

des ateliers tout au long de ces trois jours.

JP

 

 

 

 

 

En 2023, le camion « l'Aventure du Vivant : le Tour » continue de traverser la France

pour faire découvrir la diversité des métiers et des formations du vivant : plus de 150 formations générales, technologiques ou professionnelles, plus de 200 métiers avec un emploi à la clé, dans l'environnement, l'agriculture, l'agroéquipement, l'alimentation,

les services à la personne…

 

 

 

 

 

« L’Aventure du vivant, Le Tour » est un camion pensé pour aller au plus près des jeunes et du grand public afin de leur présenter

les formations du vivant. Remarquable par sa couleur flamboyante et sa taille, ce camion sillonne depuis deux ans les régions de

France métropolitaine. Guidés par des animateurs dynamiques, les jeunes et le grand public peuvent s’aventurer dans le vivant,

s’initier à la conduite de machines agricoles grâce à un simulateur professionnel, s’essayer, par exemple, aux métiers du paysage

à l’aide de la réalité augmentée ou encore participer à des quizz, des jeux et des ateliers. Des jeunes lycéens viennent échanger et présenter leurs formations aux visiteurs.

 

Le camion est depuis le lancement de la campagne un évènement incontournable au plus près des territoires. Il comptabilise à ce jour 68 étapes et plus de 59 000 visiteurs dont 20 000 élèves.

Agriculture.gouv


Jaulgonne. Inauguration de la  micro-crèche Graines de Linotte

24 janvier 2023

 

Double évènement vendredi 20 janvier à Jaulgonne avec d’une part, la cérémonie des vœux de la municipalité en début

de soirée et d’autre part, l’inauguration de la micro-crèche Graines de Linotte en fin d’après-midi.

 

Lors de cette inauguration, la gérante de la structure Émilie Boufatis, également gérante des micro-crèches Graines de Malice à Cour-temont-Varennes et Graines  d’Innocence à Condé-en-Brie, a reçu moult personnalités dont la sous-préfète de Château-Thierry Fatou Mano, aux environs de 17h30.

 

Émilie Boufatis a fait une première présentation rapide de la micro-crèche. La seconde présentation, plus détaillée, de la structure

a eu lieu lors de la cérémonie des vœux.

 

Graines de Linotte accueille jusqu’à treize enfants qui partagent leur journée entre la salle de vie principale, l’espace Snoezelen, l’espace repas et activités et les dortoirs décorés en hommage à Jean de La Fontaine. L’ouverture de la micro-crèche ayant eu lieu l’année des

400 ans du fabuliste.

 

Un bâtiment relativement facile à travailler

 

L’architecte Sabine Kerber a fait la genèse de ce projet situé dans l’ancienne école désaffectée de Jaulgonne. « Un bâtiment relativement facile à travailler, explique l’archi. Un bâtiment longitudinal qu’il a fallu améliorer, adapter, pour y faire du coup rentrer une micro-crèche avec le côté enfantin, tout en étant dans les objectifs d’organisation et de facilitation du travail au quotidien. Un point central qui n’existe pas forcé-ment dans toutes les structures, c’était d’intégrer un espace dit Snoezelen. C’est un espace sensoriel. Le but est d’avoir la découverte du toucher, des cinq sens et de la lumière. »

 

Un bâtiment où il fait trop chaud, même l’hiver

 

Avant d’inviter les participants à déambuler dans les locaux en surchaussures bleues spéciales micro-crèche, la maire Anne Maricot

a salué le travail commun entre le cabinet d’architecture et la gérante Émilie Boufatis, notamment sur les économies d’énergie.

« C’était une demande l’État pour la réhabilitation du bâtiment. Il y fait trop chaud, même l’hiver. Comme quoi, la qualité est là. » précise

la maire.

 

Après la déambulation, les invités ont retiré leurs surchaussures et regagné la salle culturelle Daniel Berger située à quelques centaines de mètres de là pour la cérémonie des vœux.

DB

 

De gauche à droite : La sous-préfète Fatou Mano, la conseillère départementale Michèle Fuselier, le maire de Château-Thierry Sébastien Eugène, le président du Conseil départemental Nicolas Fricoteaux, Lise de la micro-crèche, Anne Maricot et Émilie Boufatis.


Château-Thierry. Les Castels ont choisi leur future place de l’Hôtel de Ville !

24 janvier 2023

Crédit photo : Ville de Château-Thierry
Crédit photo : Ville de Château-Thierry

Ce dimanche 22 janvier, les Castels étaient invités à voter pour décider à quoi ressemblera la future place de l’Hôtel de Ville

de Château-Thierry. Deux scénarios co-construits avec les habitants et les commerçants depuis le mois de juin 2022 ont ainsi été proposés aux votes. C’est finalement le scénario A qui l’emporte avec 63,8% des suffrages, contre 36,14% pour le scénario B.

 

Ce scénario va désormais être affiné. De nombreux éléments restent encore à définir en lien avec la maitrise d’œuvre : emplacement des places de stationnements pour personnes à mobilité réduite et des places de livraison pour les commerces, implantation de l’éclairage public, choix du mobilier urbain... Après le diagnostic archéologique début 2022, des fouilles vont être réalisées à compter

de cette année avant que ne débutent les travaux.

 

Sébastien Eugène précise : « Merci aux 1 416 électeurs qui se sont déplacés pour choisir le futur aménagement de la place de l’Hôtel de Ville.

Ils ont démontré que la démocratie directe, si peu courante dans notre pays et donc souvent moquée et discréditée, a du potentiel. Que l’on soit satisfait ou non du résultat, deux choses sont sûres. D’une part, la place centrale de notre ville connaîtra un aménagement considérablement mieux que l’existant. Ensuite, cette consultation inédite dans notre ville a fortement consolidé - et je l’espère durablement - notre démocratie locale. »

Ville de Château-Thierry

Télécharger
scenario_a.pdf
Document Adobe Acrobat 1.9 MB

Condé-en-Brie. Assemblée générale annuelle du Club Canin du Sud       de l’Aisne le 19 février

23 janvier 2023

L'organisation du Concours d'agility est l'un des temps forts de la vie du CCSA.
L'organisation du Concours d'agility est l'un des temps forts de la vie du CCSA.

Le Club Canin du Sud de l’Aisne (CCSA) tiendra son assemblée générale annuelle, dimanche 19 février 2023 à 09h30,

dans la salle des mariages du bourg centre de Condé-en-Brie.

 

« Il y aura élection et renouvellement du comité. » précise le président de l’association Christian Roux.

DB


[Ronde des vœux] Jaulgonne. Anne Maricot et les vœux de la colère

21 janvier 2023

Mis à jour le 23/01/2023 à 16h30

 

Lors des vœux de la municipalité de Jaulgonne qui se sont déroulés vendredi soir 20 janvier dans la salle culturelle Daniel Berger, la maire et conseillère départementale de l’Aisne Anne Maricot aurait pu se réjouir d’une part, de la diminution

des logements vacants (moins de six logements en 2022 contre soixante-trois en 2016) et d’autre part, de l’augmentation

de la population de la « belle commune » qui devrait avoisiner les 700 habitants. La cérémonie a été marquée en fait par

la grosse colère de l’élue devant le bilan, « catastrophique », de l’année 2023 qui débute tout juste.

 

À Jaulgonne, le salon de coiffure ferme pour cause de retraite. Il n’y a pas de repreneur devant des difficultés d’accessibilité et

le développement de la coiffure à domicile.

À Jaulgonne, le restaurant Le 911 part s’installer dans une autre commune.

À Jaulgonne, la fleuriste ferme définitivement sa boutique. « Christelle a subi les confinements, explique Anne Maricot. La population locale l’a soutenue lors des diverses fermetures sanitaires : Pas de perte, des rentrées d’argent et donc pas d’aide de l’État. Christelle, qui a l’amour du métier, ne se prend pas de salaire. Aucune aide et une reprise à peu près normale en 2022. Christelle se dit qu’elle va pouvoir prendre un salaire de 700 euros par mois. Vous noterez qu’elle n’est pas chère payée, car dans le commerce on ne compte pas ses heures. Mais elle a un rattrapage de l’URSSAF de 6000 euros à verser. Comment pouvez-vous y arriver ? Je ne décolère pas. Tout travail mérite salaire. Force est de constater que

ce n’est pas toujours possible. Christelle est victime de son honnêteté et du soutien de la population. » Anne Maricot a demandé au sénateur de l’Aisne Pierre-Jean Verzelen, présent à la cérémonie, de porter sa colère auprès de ses collè-gues parlementaires et de « soutenir

les petits commerces, si importants ».

 

À Jaulgonne, la maire se montre également inquiète pour le boulanger dont la facture d’électricité a été « multipliée par quatre ».

 

Anne Maricot a ensuite exprimé son courroux sur la santé. En 2014, Jaulgonne voit l’ouverture du premier pôle de santé de l’Aisne avec l’installation de quatre médecins, trois infirmières, un kinésithérapeute et d’autres professions libérales.

« Ce pôle de santé est très vite victime de son succès, si bien qu’il faut agrandir, souligne la maire. Impossible de porter ce projet car c’est

une compétence intercommunale. En juillet 2018, en visite à Jaulgonne, le préfet de l’Aisne Nicolas Basselier donne l’assurance d’une subvention à 80% avec l’aide du Département. Rien ne se passe. En 2019, une nouvelle visite du préfet, mais cette fois-ci de Ziad Khoury, qui tient les mêmes propos. Rien ne se passe. Une solution est trouvée avec la création du lotissement, mais je l’évoquerai, qui tarde.

Cela va faire cinq ans que les professionnels de santé attendent. Dans l’intervalle, un dentiste a dû être refusé. Et d’autres. Point positif  cepen-dant, deux orthophonistes se sont installés, grâce à la commune et uniquement à la commune, qui je le rappelle n’a pas la compétence.

Une mission de service public à l’échelle du territoire. Comme pour les commerces, doit-on attendre qu’ils partent pour faire quelque chose ?

Je sais que l’on va me dire que le plan de santé de la CARCT agrandit d’autres pôles de santé et que c’est ma faute. Mais après quatre ans d’attente, il fallait trouver une solution. »

 

Malgré les difficultés, Jaulgonne est une commune « dynamique et compte bien aller de l’avant ».

 

Dans le rétro

 

Depuis la dernière cérémonie des vœux en 2017, « de gros investissements ont été réalisés, malgré la Covid-19 », par la municipalité Jaulgonnaise.

 

En 2021, création d’une micro crèche, réfection des bureaux de la mairie, réfection de la Rue du Plessier après la création du réseau pluvial et mise en place du projet Jaulgonne plage.

En 2022, fin de la première phase de Jaulgonne plage, mise en place de la vidéo protection sur l’ensemble de la base de loisirs, première tranche de la réfection de la Rue du Pont et remise en état de l’église.

 

À propos de l’église Saint-Jean-Baptiste, Anne Maricot rappelle la Loi de 1905 : « Toutes les églises construites après 1905 appartiennent

en totalité au clergé. Or, à Jaulgonne, l’église a totalement été détruite en 1918 et reconstruite avec la loi sur les dommages de guerre, via une association. L’église a ensuite été restituée à la commune. Un détournement de la loi qui impose à la commune d’assurer l’entretien des murs

et du couvert. Le toit devait être refait en 199. Les personnes fréquentant ce lieu de culte sont à présent souvent âgées, avec des difficultés

de déplacement, et les cloches étaient en panne. Le conseil municipal a donc décidé de remplir ses obligations légales et a refait le toit, celui-ci sera terminé en février, créé une rampe PMR et rénové le système de cloches. Une dépense de plus de 110 000 euros HT.

J’adresse ici mon premier remerciement à l’État et au Département qui nous ont alloué respectivement une subvention de 50 et 25%. »

 

Anne Maricot a encore parlé gros sous  avec les comptes 2022 de la commune qui sont clôturés : « C’est une recette de fonctionnement

de 481 563 euros, des dépenses de fonctionnement de 369 227 euros, des dépenses d’investissement de 737 388 euros. Le second merci

et un très grand merci, à l’État et au Département qui sont les seuls à octroyer des subventions et qui nous permettent de financer nos investissements et d’équilibrer notre budget. »

 

Projets 2023

 

Anne Maricot a listé moult projets « conséquents » qui occuperont bien la municipalité. Projets dont la maire souhaite que « les inves-tissements bénéficient aux entreprises locales », pour lesquelles elle craint une année 2023 « difficile » : installation de la vidéo protection dans le centre bourg et aux entrées ou sorties de la commune, seconde tranche de la réfection de la Rue du Pont, dernière phase de Jaulgonne plage avec la fin de l’installation du ponton d’accès à la Marne pour le départ des paddles, l’installation de WC et

de pergolas sur terrasse.

 

La maire confie également que la commune sera prête à accueillir la véloroute V52 qui doit traverser tout le département sur 48km

de Trélou-sur-Marne à Crouttes-sur-Marne : « J’ai bon espoir que les travaux débutent en 2023. Nous serons prêts pour le tourisme de luxe. Trois bateaux-maisons seront installés sur la Marne en 2023. La mise en concurrence sera faite par Voies Navigables de France en mars,

avec deux mois de retard, pour des travaux fin du premier semestre, si tout se passe bien. »

 

Autre projet attendu avec impatience, celui du lotissement. « Nous recevons régulièrement en mairie des personnes qui attendent

un logement, explique Anne Maricot. Le projet de lotissement semble être l’Arlésienne, tant il se fait attendre. J’ai bon espoir que les travaux démarrent à la fin de ce semestre. C’est urgent, car c’est un beau projet, pour les kinésithérapeutes essentiellement qui n’ont pas la place suffisante pour exercer leur métier correctement ainsi que pour les orthophonistes. Le lotissement est également important pour l’habitat inclusif. En effet, quelques appartements sont déjà réservés à l’habitat inclusif, tant pour les personnes âgées que pour les personnes porteuses de handicap. Les travaux étaient annoncés pour la fin de l’année, mais le marché doit être relancé. Les prix issus de l’ouverture des enveloppes étant deux fois supérieurs à l’estimation. Je le redis, c’est un beau projet. Le Sud de l’Aisne est attractif. Jaulgonne doit faire partie des villages qui bénéficient de l’arrivée de nouveaux habitants. Ne serait-ce que pour les commerçants. Pour ceux qui craignent l’arrivée de nouveaux habitants dans des logements sociaux, ce mot fait peur, je précise que 80% de la population française peut revendiquer un habitat social. Cette crainte n’est donc pas justifiée. »

 

À Jaulgonne, la Maison de Champagne Moët et Chandon a arraché toutes ses vignes en terrasse. « Ce procédé ne fonctionne pas, explique Anne Maricot. Les récoltes sont dix fois inférieures aux attentes et le terrain risque de glisser. Fait très important, ces terrasses sont très dangereuses pour le personnel. Moët et Chandon a donc décidé de réaménager toute cette zone, avec des terrasses qui seront plus larges.

Des chemins permettront de travailler les vignes en sécurité. Des talus seront renforcés. Tout le système hydraulique sera refait. Avec l'implan-tation de vignes traditionnelles, de vignes semi larges, de vignes mères déjà plantées, d’espaces arborés, ce projet se veut la vitrine de cette grande société. Fait non négligeable, ce projet se fait en concertation avec la commune. Il reste à imposer aux autres viticulteurs les protections des coulées de boue. L’enherbement fait partie de ces solutions. »

 

Un dernier projet pour la route : Jaulgonne sera très prochainement un centre de détention de cartes d’identité et de passeports.

Anne Maricot a tenu à remercier la sous-préfète Fatou Mano pour son soutien dans ce dossier : « Cela va nous permettre ou nous obliger à embaucher une secrétaire à mi-temps. Je pense que ce n‘est pas pour déplaire à Sabrina [secrétaire de mairie de Jaulgonne] »

 

« Je souhaitais autre chose, mais je me régale »

 

Vice-présidente en charge de l’autonomie, du grand âge et du handicap du Conseil départemental de l’Aisne, Anne Maricot a livré quelques informations sur cette délégation, « un domaine inconnu pour moi et qui me faisait peur ».

« Je souhaitais autre chose, mais je me régale, confie la conseillère départementale du canton d’Essômes-sur-Marne. Cette délégation,

c’est travailler avec une équipe extraordinaire, d’un professionnalisme et d’une compétence hors normes, toujours à la disposition des élus. J’aimerais que tous aient ce niveau. Il y a tant à faire. En 18 mois, certaines choses ont cependant évolué. »

 

Et Anne Maricot de lister : « Le délai de traitement des dossiers porté désormais à moins de 3 mois avec le soutien du Comité National d’Action Sociale, la signature de la convention avec l’éducation nationale pour le dépôt des dossiers scolaires à la Maison Départe-mentale pour les Personnes Handicapées, le schéma de l’autonomie pour lequel le Conseil départemental a délibéré en octobre 2022

et qui avance à grands pas, la mise en place en novembre du comité des usagers de la Maison Départementale pour les Personnes Handicapées, le travail reconnu des services pendant le confinement et la mise en place au niveau national de la Communauté 360, dont l’Aisne a été à l’initiative, la mise en place de l’habitat inclusif, avec la conférence des financeurs et le soutien financier du Départe-ment sur dix-sept dossiers retenus et dont les premières places vont ouvrir cette année ».

 

Pour la conseillère départementale, il reste tant à faire : « La mise en place de la cinquième branche pour permettre de travailler avec l’ARS, moderniser les Ephads, les enfants en situation de handicap orientés par la MDPH vers un établissement spécialisé et qui sont,

1, 2, 3 ans sur une liste d’attente, les troubles autistiques qui ont explosé pendant la Covid-19 et tous ces enfants et adultes pour lesquels nous sommes sans solution ».

 

Anciens Combattants, Club de loisirs, Comité des fêtes, de la culture et des traditions, Pétanque Jaulgonnaise, Croque-Galipes :

Anne Maricot a conclu son discours, non sans avoir mis en lumière la vitalité des associations de la commune, sans oublier l’équipe municipale et le personnel communal.

 

Plusieurs personnalités sont venues assister aux vœux de la municipalité Jaulgonnaise, notamment le conseiller départemental

de l’Aisne et binôme d’Anne Maricot sur le canton d'Essômes-sur-Marne Dominique Duclos, le président du Conseil départemental

de l’Aisne Nicolas Fricoteaux, la vice-présidente en charge de la Transition écologique et du développement durable Michèle Fuselier,

le sénateur de l’Aisne Pierre-Jean Verzelen, les conseillers régionaux Hauts-de-France Élisabeth Clobourse et Dominique Moyse,

le président du PETR-UCCSA Olivier Devron, le maire de la Cité poétique Sébastien Eugène et la sous-préfète de Château-Thierry Fatou Mano. L’Agglomération de Château-Thierry était représentée par le vice-président en charge de l’Équilibre territorial et de l'urbanisme Daniel Girardin.

 

Les discours de Dominique Duclos, Nicolas Fricoteaux, Pierre-Jean Verzelen et Fatou Mano ont laissé ensuite la place au partage

du verre effervescent de la fraternité, servi par les élèves du Lycée de Crézancy et accompagné de vraies joyeusetés.

DB


Trélou-sur-Marne. Une Saint-Vincent tournante sous la chaleur du cœur

22 janvier 2023

Mis à jour le 23/01/2023 à 09h30

 

La commune de Trélou-sur-Marne et son maire Daniel Girardin ont accueilli, ce dimanche matin 22 janvier, la traditionnelle Saint-Vincent tournante.

 

Porté par la Confrérie du Hordon de la Vallée qui rassemble les communes Marnaises de Dormans, Verneuil, Vincelles et Courthiézy

et la commune Sud-Axonaise de Trélou-sur Marne, l’événement a réuni vignerons, salariés, amis et invités comme la Confrérie de

la soupe du Bouffon de Saint-Quentin, la confrérie des Dorés Musis de Carency dans le Pas-de-Calais et la Confrérie gastronomique

du haricot de Soissons.

 

Même si le nombre de participants était ici à trois chiffres, même si quelques menus flocons de neige ont saupoudré le défilé, l’édition 2023 de Trélou-sur-Marne a connu une belle réussite.

 

Au départ de la déambulation, la sous-préfète de Château-Thierry Fatou Manou a « champagné » jusqu’à la fin de la messe, tout comme l’ancien député de l’Aisne Jacques Krabal, à qui revient cette formule.

Une messe célébrée, « pour être ensemble tranquillement », par le curé natif de la commune et « élevé lui aussi dans un tonneau », Frédéric Ozanne, dans une église Saint-Médard archicomble. La bénédiction du vin clair, le partage de la brioche, la transmission

d’un disque et des bâtons de Saint-Vincent et la remise d’un diplôme ont rythmé la cérémonie religieuse.

 

La Musique municipale de Dormans a ensuite emmené les participants à la salle polyvalente pour les traditionnels discours du maire Daniel Girardin et du président de la section locale du Syndicat général des vignerons Jean-Louis Couvent et le tant attendu vin d'honneur après les 2h30 de messe.

DB

 


Château-Thierry. Des petits déjeuners gratuits étendus à toutes             les écoles maternelles

21 janvier 2023

 

À partir du lundi 23 janvier 2023, près de 700 enfants scolarisés dans les écoles maternelles de la Ville de Château-Thierry pourront prendre leurs petits déjeuners gratuitement à l’école, tous les jours de la semaine dès 8h20.

 

 

Lancé en septembre 2022 au sein de quatre écoles tests Blanchard, Hérissons, Mauguins et Louise Michel, ce dispositif se généralise dans toutes les écoles maternelles de la Ville en 2023. Environ 300 écoliers des écoles Juge Magnaud, Filoirs, Madeleine et Chesneaux profiteront désormais de cette opération subventionnée par le ministère de l’Éducation nationale et de la jeunesse.

 

Un bilan réalisé au mois de décembre avec les écoles tests a permis de réajuster le contenu des menus. Plus de diversité de produits fromagers seront proposés et les quantités de fruits seront doublées. Des pains spéciaux seront également commandés pour la veille de chaque période de vacances.

 

Afin de pérenniser la mise en place de ce dispositif, la Ville a également investit dans l’achat de huit nouveaux réfrigérateurs qui viendront équiper durablement chaque établissement scolaire.

 

Natacha Tholon, adjointe déléguée à l’éducation et à la jeunesse précise : « Nous avons eu des retours très positifs suite à la mise en place des petits déjeuners au sein des écoles tests.

Nous sommes donc très heureux de pouvoir étendre ce dispositif à l’ensemble des écoles maternelles castelles, comme nous nous y étions engagés. »

Ville de Château-Thierry


Neuilly-Saint-Front. Vers une remise en état complète de l’Espace Louvroy

18 janvier 2023

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 1er janvier 2019, en accord avec la commune de Neuilly-Saint-Front et dans le but d’offrir un maillage cohérent d’équipements structurants sur le territoire, l’Agglo de Château-Thierry a repris l’Espace Louvroy, ainsi que son bowling et son personnel. L’objectif était de s’inscrire dans la continuité des activités qui y étaient proposées depuis son ouverture par la commune en 2011 et de renforcer la programmation culturelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Remonter le temps !

 

Malheureusement, dès février 2019, des désordres importants ont été constatés par le personnel en place avec l’affaissement

de certaines parties du plafond de la salle de spectacle. Pour rappel, des déformations antérieures avaient déjà été constatées

entre 2012 et 2016 par la Commune qui avait fait procéder par deux fois à des réparations et au renforcement de la charpente.

 

Une fermeture juste après la reprise par l’Agglo

 

Compte tenu de ces graves désordres, la Communauté d’Agglomération a dû se résoudre à fermer la salle et le bowling de toute urgence pour ne faire prendre aucun risque aux spectateurs, aux artistes et intervenants ainsi qu’au personnel. Afin de rechercher l’origine des désordres, l’Agglo s’est rapprochée du Tribunal Administratif qui a nommé un expert judiciaire dès juillet 2019. Se sont

alors succédés nombre d’expertises faisant intervenir les entreprises et l’architecte qui ont travaillé à la construction du bâtiment

mais aussi leurs experts et assurances respectifs. La crise Covid venant faire prendre du retard dans ce dossier, ce n’est qu’en octobre 2021 que l’expert du tribunal a pu rendre son rapport définitif, point de départ de la mise en œuvre des travaux de sécurisation.

 

La mise en sécurité

 

En novembre 2021 l’Agglo a recruté un Assistant à maître d’ouvrage puis un maître d’œuvre pour la réalisation du cahier des charges concernant les travaux de mise en sécurité. Une entreprise, Antoine Echafaudage, est alors intervenue à partir de novembre 2021 pour la mise en place de tours d’étaiement posées directement sur le sol de la salle de spectacle (voir photos). Le faux-plafond a été démonté partiellement et le plafond a été percé afin de pouvoir atteindre les poutres maîtresses de la charpente pour une reprise de charge

de la totalité de la toiture.

 

Vers la mise en œuvre des travaux de remise en état

 

Une fois les travaux de sécurisation réalisés l’agglo a enclenché les démarches pour recruter de nouveau un assistant à maitrise d’ouvrage puis un maître d’œuvre pour la réalisation des travaux définitifs nécessaires à la réouverture de la salle. Le maître d’œuvre (l’architecte) est en cours de désignation. Les travaux consisteront au démontage de la toiture et de la charpente, leur remplacement complet ainsi que la remise en état des plafonds et plus globalement de la salle de spectacle . Dans la mesure où des entreprises candidateront à ce marché pour le moins complexe, l’Agglo espère voir le démarrage des travaux avant la fin de cette année pour

une livraison à l’été ou à l’automne 2024.

 

Prenons dès maintenant le pari que tout va bien se passer et que des entreprises voudront bien assurer ce chantier hors du commun

et donnons-nous rendez-vous en fin d’année pour le lancement des travaux de réhabilitation. Nous en saurons alors beaucoup plus

sur la réouverture qu’élus et techniciens de l’Agglo, qui n’ont pas ménagé leurs efforts, appellent de leurs vœux.

CARCT

Crédit photos : CARCT


Journée internationale de l’épilepsie dans l’Aisne le 13 février

18 janvier 2023

La Journée Internationale de l'Épilepsie se déroule chaque année dans plus de 140 pays à travers le monde, le deuxième lundi du mois de février. Elle a pour objectif de sensibiliser le public à cette maladie neurologique insuffisamment connue.

 

Grâce aux campagnes d’informations relayées dans les médias, elle contribue à mieux faire connaître l’épilepsie et à la faire sortir

de l’ombre. L’International Epilepsy Day a été lancé en 2015 sur une initiative conjointe de l'International Bureau for Epilepsy (IBE)

et de l'International League Against Epilepsy (ILAE).

 

L’épilepsie n’est pas ce que vous croyez

 

Bousculons les préjugés ! L’épilepsie reste encore taboue, par méconnaissance du grand-public. Parler de l’épilepsie, faire connaître

ses symptômes, combattre les idées fausses, c’est permettre de diagnostiquer, de traiter, de lutter contre le rejet et la stigmatisation fréquemment associés à la maladie.

 

Le 13 Février prochain, aidez-nous à faire sortir l’épilepsie de l’ombre ! L’épilepsie est une maladie neurologique chronique caractérisée par la survenue de crises (dont les formes sont variées) qui correspondent à un dérèglement soudain et transitoire de l’activité électrique du cerveau.

 

Elle peut provenir de lésions du cerveau faisant suite à un traumatisme crânien, une malformation cérébrale, un AVC, une infection (encéphalite, méningite), une tumeur, avoir une origine génétique ou n’avoir aucune cause connue (épilepsie idiopathique).

 

L’errance diagnostique est fréquente : il n’est pas rare que les crises d’épilepsie soient attribuées à tort à de la spasmophilie ou

à une dépression, avec pour conséquence un traitement inadapté, voire susceptible de provoquer ou d’aggraver les crises.

Les préjugés autour de l’épilepsie pénalisent les personnes concernées. Elles ne doivent plus être amenées à cacher leur maladie

par peur d’être stigmatisées ou mises à l’écart.

 

Non, les crises d’épilepsie ne se manifestent pas exclusivement par des crises convulsives !

 

L’immense majorité des gens pense que l’épilepsie se résume à des crises convulsives parfois spectaculaires. En réalité, l’épilepsie

est une maladie qui s’exprime de multiples manières : par des signes visibles (tremblements, mouvements involontaires, rigidité musculaire, chutes...) ou par des signes peu visibles, voire invisibles (ruptures de contacts (absences), troubles de la mémoire, difficultés de concentration, hallucinations auditives ou visuelles...).

 

Parler des différentes formes d’expression de l’épilepsie, c’est permettre de lutter contre une image réductrice de l’épilepsie qui fait perdurer les idées reçues, stigmatise les malades et peut les mettre en danger.

 

À l’occasion de la Journée Internationale de l'Épilepsie, l'association Épilepsie-France organisera de nombreuses actions le 13 Février et autour de cette date :

  • au niveau national : conférences en live, campagne d’information, témoignages de patients, d’aidants et de familles, interviews de médecins neurologues ;
  • en régions : rencontres avec le public, stands d’information dans les villes, les écoles, les services hospitaliers, illuminations en violet des mairies et monuments historiques, etc.

Après le Sommet National de l’Épilepsie qu’elle a organisé le 25 novembre 2022 au Ministère de la Santé et de la Prévention,

et la publication de son Livre Blanc de l’épilepsie, l’association Épilepsie-France poursuit son action avec sa campagne nationale d’information pour la Journée Internationale de l'Épilepsie 2023.

 

Retrouvez l’intégralité des conférences du 2ème Sommet National de l’Épilepsie sur la chaine YouTube d’Épilepsie-France et téléchargez le Livre Blanc de l’épilepsie.