Le bulletin météo du jour

 

    La météo en direct                 Webcam                        Les prévisions

Loading

L' actualité du quotidien

[Internet] La Chapelle-Monthodon. La montée en débit se précise

22 juin 2018

A gauche, le sous répartiteur est mis en série avec le noeud de raccordement abonnés (armoire coloris ivoire).
A gauche, le sous répartiteur est mis en série avec le noeud de raccordement abonnés (armoire coloris ivoire).

A La Chapelle-Monthodon, dès qu’une panne sur le réseau de téléphonie fixe s’éternise, certains abonnés foncent dare-dare vers le bâtiment communal situé sur la place de l’église du village. L’armoire  de l’opérateur Orange est en effet implantée là-bas.

 

Bien souvent, les clients y rencontrent un technicien en train d’effectuer un dépannage ou une opération de maintenance. La coupure qui s’est produite ce vendredi 22 juin

à partir de 10h00 et  jusqu’aux environs de 13h00 a, pour une fois, réjoui les utilisateurs d’internet et de téléphonie fixe. Et pour cause.

 

 

La SAART (Société Axonaise d’Aménagement Réseaux Télécommunication) a procédé, ce jour, à la « mise en série du SR, sous répartiteur, avec le NRA, nœud de raccordement abonnés ». Dans les jours qui viennent, cette même entreprise « coupera la connexion avec le SR et basculera sur le NRA ».

Cette opération, qui s’inscrit dans le cadre de la montée en débit prévue sur la commune, fera alors passer du cuivre pour de la fibre auprès des 72 abonnés du village...

DB

 


[Cartographie] Les communes historiques composant une commune nouvelle sont des lieux-dits

22 juin 2018

Si l’INSEE est le roi des tableaux Excel, l’institut national de l’information géographique et forestière (IGN) est, quant à lui, le roi des fonds cartographiques. La création des communes nouvelles n’a pas échappé à l’IGN. Le nom de celles-ci apparait désormais sur les multiples supports concoctés par l’institut. Les communes historiques composant une nouvelle commune sont-elles pour autant rayées de la carte ?

 

Interrogé par la rédaction sur la commune Vallées-en-Champagne, née le 1er janvier 2016, le service clients de l’IGN répond :

« A la création de la nouvelle commune Vallées-en-Champagne, les anciennes communes Baulne-en-Brie, La Chapelle-Monthodon et

Saint-Agnan sont devenues des lieux-dits de ladite commune nouvelle. Baulne-en-Brie, La Chapelle-Monthodon et Saint-Agnan sont toujours renseignés dans notre base de données et nos fonds cartographiques, mais avec le statut de lieux-dits ».  Le nom Vallées-en-Champagne

est placé, lui, sur le territoire de la commune nouvelle.

 

De la carte de base de la France aux cartes dérivées et à façon, l'une des missions de l'IGN est d'établir et de mettre à jour les fonds cartographiques du territoire, pour répondre aux besoins des autorités publiques et des utilisateurs privés. A partir de ses bases de données, l’institut édite sous forme papier ou numérique, des fonds cartographiques généralistes ou thématiques : carte de base

au 1 : 25 000, cartes militaires, cartes aéronautiques, cartes dérivées thématiques, routières et touristiques, cartes en relief, plans de ville...

DB

Crédit photos : IGN


La Chapelle-Monthodon. Le canard du coin (coin) adopte les bons réflexes

20 juin 2018

A La Chapelle-Monthodon, une seconde fuite sur le réseau d’eau potable rue de Clairefontaine fait le bonheur d’un canard.

En attendant l’intervention du fermier Veolia, le barboteur mouille son corps dans le trou d’eau créé par le passage intense des véhicules. Il adopte ainsi l’un des bons réflexes cités dans la plaquette d’information CANICULE, FORTES CHALEURS- ADOPTEZ LES BONS RÉFLEXES, distribuée récemment dans les boites aux lettres...

DB

Crédit photo : 713

 


Vallées-en-Champagne. Le Tout Petit Festival d’Agri’Culture 2018 s’annonce...

20 juin 2018

En 2016, la première édition du Tout Petit Festival d'Agri'Culture avait rencontré un beau succès.
En 2016, la première édition du Tout Petit Festival d'Agri'Culture avait rencontré un beau succès.

La seconde édition du Tout Petit Festival d’Agri’Culture se déroulera en novembre

à Vallées-en-Champagne.

 

Initié, mais pas que, par l’auteure rurbaine Olivia Rosenthal, ce tout petit festival a vu

le jour pour la première fois en 2016. L’événement qui se déroulait dans un hameau de la commune historique de La Chapelle-Monthodon avait attiré un nombreux public.

Les organisateurs remettent le couvert cette année. L’annonce en a été faite sur la radio publique thématique France Musique lors de l’émission Le cri du Patchwork.

 

 

Clément Lebrun recevait, mardi 19 juin, Olivia Rosenthal et le composteur Eryck Abecassis pour leur nouveau spectacle intitulé Macadam animal. Le duo avait performé avec Les rats lors de la première édition du Tout Petit Festival d’Agri’Culture. Cela avait été d’ailleurs l’un des temps forts de l’événement. Macadam Animal et le Tout Petit Festival d’Agri’Culture sont à 25’. Bonne écoute...

DB

 


Communes nouvelles. Un premier retour d’expériences

20 juin 2018

La commune nouvelle Vallées-en-Champagne est née le 1er janvier 2016.
La commune nouvelle Vallées-en-Champagne est née le 1er janvier 2016.

 

En deux ans, 517 communes nouvelles regroupant près de 1800 communes et 1,8 million d’habitants ont vu le jour. De nombreux projets de fusions sont à l’étude pour 2018 et 2019.

 

Territoires Conseils, service de la Caisse des Dépôts, et l’association des maires de France et des présidents d’intercommunalité ont souhaité réaliser dans le cadre de leur partenariat, une enquête auprès des 517 communes nouvelles intitulée « Communes nouvelles, où en êtes-vous ? ».

Les résultats du questionnaire sont à lire ici.

DB

 


[Démarches] 160 lettres types pour régler vos litiges

20 juin 2018

À la suite d'un sinistre, votre assureur tarde à vous indemniser, vous avez été trompé sur l'état réel du véhicule que vous venez d'acheter, vous mettez en demeure un artisan de terminer les travaux...

 

L'Institut national de la consommation (INC) vous propose 160 lettres types pour régler vos litiges ainsi que des conseils juridiques et les textes en vigueur.

Retrouvez ces modèles de lettre ici.

prefetaisne

Crédit photo : Institut National de la Consommation

 


Belleu. La 16ème édition des Foulées Belleusiennes, c’est samedi !

20 juin 2018

Le Club d'Athlétisme de Belleu organise, samedi 23 juin 2018, la 16ème édition des Foulées Belleusiennes. Au programme :

 

. Une Marche nordique de 11,5 km. Départ à 14h00.

. La Solid’Aisne, deux boucles de 750m pour la différence (handicaps moteur et psychique). Départ à 17h15.

. Une course de 10 km à partir de Cadets. Départ à 18h00.

. La Color Fun, un événement de 4,5 km pour tous. Départ à 19h15.

 

La journée se terminera par un concert avec Nassim Miri & His Blues Hands.

HL

Crédit photos : HL

 


Marne. Hommage aux Messies de Vandières

19 juin 2018

A partir du 21 mars 1918, les troupes allemandes ont isolé le 317ème Régiment d’Infanterie par des tirs d’artillerie intenses. Tout espoir semblait perdu pour

les hommes. Plus aucune liaison radio et terrestre, plus de vivres, de munitions,

plus de repli possible.

 

A l’initiative de l’équipage constitué du sous-lieutenant Jacques Pénigaud, observateur,

et de l’adjudant Henri Forquet, pilote, la définition de la « livraison par air » allait être appliquée le 15 juillet 1918 à Vandières dans la Marne.

 

Encerclé, un bataillon sous les ordres du capitaine Marcel Boullet a été ravitaillé par

un appareil de type Salmson 2A2 de l’escadrille Sal-105 dont la vocation première était d’observer et de bombarder les champs de batailles et dont la devise était « Pas de raté, Pas de maqué ». Cette initiative a été poursuivie par une escadrille de 8 Bréguet XIV

qui larguent 600 biscuits, 150 boules de pain, 200 boites de conserves et des munitions

de petit calibre. Les largages ont été effectués derrière le château de Vandières, lieu des combats.

 

Cent ans plus tard, samedi 16 juin, un hommage a été rendu aux Messies de Vandières.

 

SL

Crédit photos : SL

 


Centenaire 14-18. Commémoration de la reprise de Veuilly-la-Poterie

19 juin 2018

Une foule nombreuse était présente dimanche 17 juin lors de la commémoration du Centenaire des combats qui se sont déroulés du 6 au 8 juin 1918 et ont permis la reprise de Veuilly-la-Poterie.

 

L'inauguration de la borne Moreau-Vauthier offerte en 1926 par les anciens du 409ème Régiment d’Infanterie, et restaurée pour l'occasion, a été le premier temps fort de l’évènement. Après une courte allocution, le sénateur de l’Aisne, Antoine Lefèbvre, a déposé une gerbe de fleurs en présence de Philippe Menveux, maire de la commune, Claude Langrené, maire de Charly-sur-Marne, Olivier Devron, maire de Montreuil-aux-Lions, des forces de gendarmerie, et d’associations d’Anciens Combattants.

Apprises pour l’occasion et interprétées par l’Alliance Musicale de Charly-Saâcy, les notes de la Marche du 409ème RI ont ensuite retenti pour la première fois depuis 100 ans.

 

Une exposition sur la Grande guerre, la présentation de documents relatifs aux combats de Veuilly, et une conférence relatant les combats, les forces en présence, et en rappelant le rôle du 409ème RI au cours de ces trois journées à partir de documents allemands et français, ont été le second temps fort de la commémoration. Une marche dans les pas du 409ème RI entre Veuilly et le hameau d'Eloup a clôturé cette journée mémorable.

CL

Crédit photos : CL


Sud de l’Aisne. L’abbé Henri Gandon est muté à la paroisse Notre-Dame de Liesse

17 juin 2018

Le 3 juin 2018, Henri Gandon célèbre la messe en hommage au centenaire de la mort de l'aviateur Xavier Moissinac, abattu près de Condé-en-Brie le 3 juin 1918.
Le 3 juin 2018, Henri Gandon célèbre la messe en hommage au centenaire de la mort de l'aviateur Xavier Moissinac, abattu près de Condé-en-Brie le 3 juin 1918.
L'abbé Gandon met en lumière le patrimoine de sa paroisse dans des livrets.
L'abbé Gandon met en lumière le patrimoine de sa paroisse dans des livrets.

Pendant longtemps, surtout dans les campagnes, nous avons connu des curés quasi inamovibles. Ça, c’était avant. Dans les diocèses de France, la saison estivale est désormais synonyme de déménagement pour de nombreux curés appelés à rejoindre une nouvelle paroisse, une aumônerie ou un service diocésain.

 

Le curé de la paroisse Notre-Dame des Trois Vallées, fait partie de ce chassé-croisé. Ayant passé

le cap des 75 ans et après avoir effectué, ici, dix ans de bons et loyaux services, Henri Gandon quitte la paroisse sud axonaise pour rejoindre celle de Notre-Dame de Liesse (zone de Laon).

 

L'abbé ne part pas avec une indemnité semblable à celle de l’ancien patron de Carrefour, mais avec une nomination. En effet, l’évêque Mgr Renauld de Dinechin vient de le nommer prêtre auxiliaire. Du coup, celui qui a été ordonné prêtre il y a 50 ans, le 23 juin 1968, ne va plus lever

les bras au Ciel mais lever quelque peu le pied.

« C’est une nouvelle étape après quelques autres durant les 50 années de ministère. Je demande la grâce d’être un bon Urion ! Dans l’Évangile, Jésus a rencontré un centurion, il commande 100 soldats, 100 urions : je dis à l’un, fait ceci et il le fait, à un autre fait cela et il le fait » dit avec humour l’abbé Gandon.

 

 

Le curé de la paroisse dira au revoir à ses ouailles lors de la messe du dimanche 2 septembre à 10h30 à Condé-en-Brie. Mais avant et toujours à Condé-en-Brie, il rendra grâce pour ses 50 années d’ordination le dimanche 1er juillet. Henri Gandon aura un grand plaisir à vous rencontrer à l’une ou l’autre de ces deux célébrations.

L’abbé Thierry Gard, actuellement à Charly-sur-Marne, devient administrateur de la paroisse Notre-Dame des Trois Vallées tout en conservant la responsabilité de la paroisse Vals et Coteaux Saint-Martin. L’abbé Joseph Mabibi est nommé vicaire des deux paroisses.

 

Grand amateur de photo, Henri Gandon  parcourait  sa paroisse par monts et par vaux, son sac en bandoulière. Ses célèbres livrets ont mis en lumière le patrimoine sud axonais. L'abbé va devoir repartir sur de nouvelles routes afin de concocter des brochures dont lui seul a le secret.

DB


Baulne-en-Brie. L’équipe de l’En Avant Les Glands remporte le tournoi de foot

17 juin 2018

Les prévisions météo annonçaient un temps maussade avec de la pluie en début de matinée. C’est sans doute pour cela que plusieurs équipes inscrites ont finalement boudé

la seconde édition du tournoi de football à 7 organisé, samedi 16 juin, par le Comité des fêtes de Baulne-en-Brie.

 

Les joueurs absents ont peut-être également préféré se rendre à la dernière minute sur deux manifestations footballistiques plus importantes organisées à Château-Thierry et Fère-en-Tardenois.

 

Quoiqu'il en soit, ils ont eu tort. Si effectivement la pluie s’est invitée quelques instants sur le stade de la route de Le Breuil

aux environs de 09h00, le tournoi s’est ensuite déroulé par

une splendide journée ensoleillée, et cerise sur le gâteau, sur

un terrain rénové par la municipalité valcampanienne.

 

Dirigé par Thierry Le Conte, arbitre officiel du district de football de l’Oise, le tournoi a vu s’affronter quatre équipes composées chacune de sept joueurs non licenciés : Baulne, Les Alkooliks,

En Avant Les Glands et Les Pic’Olos. « Il ne manque plus que les Pochtrons ! » lance une spectatrice.

 

Comme lors de la première édition, les matchs se sont déroulés dans un excellent état d’esprit et une ambiance bon enfant.

Le tournoi 2018 s’est donc terminé par la victoire en finale de l’équipe de l’En Avant Les Glands opposée à celle des Pic’Olos.

En petite finale, l’équipe de Baulne monte sur la troisième marche du podium en battant celle des Alkooliks.

A l'issue de la journée, Pierre Woirret, le président du Comité des fêtes, a remis une coupe à chaque équipe au nom de l'association baulnoise. DB

 

 

 


Le réseau 3G chute !

Les organisateurs avaient tout prévu pour la seconde édition du tournoi de foot y compris la retransmission sur grand écran du match de Coupe du Monde France/Australie.

 

« C’est une bonne idée. Au moins comme ça on ne va pas rater l’entrée de l’équipe de France en Coupe du Monde» commente Etienne Pintelon, l’un des joueurs de l’équipe de l’En Avant Les Glands,

en milieu de matinée. Étienne dit « Pinpon » est bien connu dans le coin puisqu’il est le guitariste rythmique du groupe castel La Punkaravane. Sauf que « Pinpon » ne se doutait pas que le réseau mobile allait chuter lamentablement à 11h55, lors de l’annonce de la composition des équipes.

 

La retransmission prévue sur grand écran par rétroprojecteur avec une connexion 3G a, alors, capoté à la grande déception des supporters locaux des Bleus. « Ah je suis dégoûté. Ça marchait super bien avant » tempête Pierre Woirret, tout en s’affairant autour de son smartphone, d’un PC portable et du rétroprojecteur. Les organisateurs ont bien essayé d’obtenir une connexion Wi-Fi grâce au gîte communal mais l’implantation trop éloignée de celui-ci n’a pas permis de résoudre la défaillance du réseau mobile sans doute trop sollicité à ce moment de la journée.

Du coup, joueurs et spectateurs se sont rabattus sur les smartphones mis en mode avion quelques instants plutôt afin de ne pas faire souffrir encore plus la 3G. La retransmission est donc passée de grand à petit écran. Les supporters de l'équipe de France ont pu néanmoins pousser un ouf de soulagement lors du coup de sifflet final. C’est bien là le principal. DB

 

 

De la couverture mobile

Couverture mobile. Photo d'illustration.
Couverture mobile. Photo d'illustration.

Interpellé le 30 avril 2017 à Baulne-en-Brie lors de la Journée nationale des Déportés sur l’éventuelle implantation d’un pylône de télécommunications sur le territoire, le député Jacques Krabal répondait en ses termes à un adolescent de Vallées-en-Champagne qui lui posait la question : « L’année prochaine ! ».

L’année 2018 n’est certes pas terminée. Attendons de voir.

 

Ce qui est tout vu, par contre, c’est la réponse d’Anne Maricot, conseillère départementale du canton d’Essômes-sur-Marne, maire de Jaulgonne et conseillère titulaire à la CARCT faite à la rédaction lors de l’évocation récente avec l'élue d’une délibération prise en 2014 par les élus de la défunte 4CB pilotée par Eric Mangin.

 

A l’époque, les conseillers de la Communauté de Communes du Canton de Condé-en-Brie (4CB) avait planché sur trois sites susceptibles d’accueillir un pylône de télécommunications : Artonges, Saint-Eugène et La Chapelle-Monthodon. « Il ne suffit pas d’en parler. Il faut suivre ensuite les dossiers. Regardez ce que j’ai fait pour le regroupement scolaire de Courtemont-Varennes. Vous me connaissez, moi,

quand je dis que je m’occupe d’un dossier, je m’en occupe ! » lance Anne Maricot. Et v’lan ! DB

 


[Expo] Trélou-sur-Marne. Une dégustation visuelle avec la pétillante Caroline Brun

16 juin 2018

De gauche à droite : Caroline Brun et Anna Météyer.
De gauche à droite : Caroline Brun et Anna Météyer.

A Trélou-sur-Marne, Champagne Météyer accueille dans sa galerie-musée l’artiste  Caroline Brun. Le vernissage de l'exposition s'est déroulé vendredi 15 juin en soirée.

 

Ambassadrice du champagne, native d’Aÿ dans le département de la Marne, Caroline Brun est une artiste atypique dont les toiles évoquent les techniques de la vinification, l’art de l’assemblage du vin d’or, l’autre nom du champagne.

« La Champagne est un diamant. Chaque vinificateur offre un prisme particulier, un savoir-faire particulier et effectivement, chacun maitrise un art de la vinification qui lui correspond.

Derrière un vin, il y a une sensibilité, une émotion.

 

 

Il y a des vins qui sont joyeux, il y a des vins qui vous font plaisir, qui vous cajolent. La diversité de notre appellation et le charme de notre appellation ont fait un vin qui est le plus technique qui soit, qui offre une diversité énormissime. Il faut la faire découvrir au plus grand nombre. Les amateurs d’Art boivent du champagne et il faut aller vers eux et leur parler avec leurs émotions, leur sensibilité et parler du champagne autrement. C’est ce que j’offre à travers mes toiles. Je parle du vin de façon très académique, mais parler de ratio, parler de x% de, x% de, de tant de grammes de, je trouve ça ennuyeux.

Une personne n’est pas une taille, un poids, une pointure, mais il y a une sensibilité derrière une personne et vous avez une sensibilité derrière

le vin. C’est ce que j’exprime à travers mes tableaux. Ils sont divers dans leur technique. Mais comme les vins de champagne, vous avez des vins qui sont gourmands, d’autres fruités, d’autres qui vont être très purs, très élancés, vous avez des techniques différentes sur mes toiles qui évoquent simplement cela» explique Caroline Brun. L'artiste pétillante vous convie à voir/boire 18 toiles et 4 douelles jusqu’au 26 juillet.

 

Exposition Caroline Brun. Champagne Météyer Père et Fils, 39 rue de l’Europe. 02 850 Trélou-sur-Marne.

Sur rendez-vous au 03 23 70 26 20.

DB

 


[BIO] « Pédalez et vous aurez du jus ! »

15 juin 2018

 

Le vélo à smoothies, kiwis avec la peau et bananes sans..., a été sans nul doute la vedette de l’évènement Eco-Racine qui s'est déroulé récemment lors de la semaine du développement durable, au Collège Jean Racine de Château-Thierry.

 

 

 

A l’initiative de trois enseignantes, Fanny Bitauld, Alexandra Balcaen et Roxane Barroux, aidées de Louis Dominguez, la cheville ouvrière du collège, le club « Eco-Racine » s’est donné pour mission depuis la rentrée de favoriser la biodiversité au jardin et de limiter le gâchis

à la cantine.

Au cours de cet évènement, Sophie Tiphaine chargée de la prévention des déchets à la Communauté d’Agglomération de la Région de Château-Thierry (CARCT), épaulée par Vivien Varoqueaux et Patrick Pirrus, animateurs du tri et guides composteurs, ont respectivement présenté aux élèves de 6ème, des smoothies bourrés de vitamines, ainsi que des plats anti-gaspi.

Il s’agissait en l’occurrence de faire comprendre aux élèves de 6ème que l’on peut réaliser des recettes avec des restes de la veille, ici,

des rondelles de pommes de terre salées et parfumées à la ciboulette et autres brochettes d’Emmenthal et cornichons. Une façon comme une autre de lutter contre le gaspillage de nourriture.

 

En parallèle, Bénédicte Greff en charge du service Eau à la CARCT, a accompagné les élèves de 5ème à la mise en place d’un jardin divisé en plusieurs parcelles permettant de tester différents modes de culture et notamment une « butte en lasagne ».

La lasagne est composée de matières issues du collège : un carton destiné à étouffer les herbes, puis les tailles de branches d’arbustes broyées sur place. Le tri des restes alimentaires de la cantine a permis d’ajouter des déchets frais et du compost avant paillage.

Toutes les chances sont ainsi réunies pour que salades, capucines et maïs poussent dans de bonnes conditions !

 

Au global, une véritable balade a été menée tambour battant au sein du collège par les élèves du club « Eco-Racine » pour faire découvrir aux 6ème, 5ème et parents, les composteurs, le jardin au naturel et des idées de recettes anti gaspi ! Cet évènement a été

le fruit d’une belle collaboration autour de la biodiversité.

PP

Crédit photos : PP

 


[Hauts-de-France] Le Conseiller régional Dominique Moyse revient sur la séance plénière et la commission permanente de mai

15 juin 2018

Les 24 et 29 mai ont eu lieu la séance plénière et la commission permanente du Conseil régional Hauts-de-France. Je suis heureux d'avoir vu de nombreux dossiers que je porte être soutenus, ainsi cela tord le cou à ceux qui voudraient nous faire croire que - loin des yeux loin du cœur - notre sud Aisne serait oublié !

 

 

Ce sont plus de 900 000€ qui ont ainsi été votés en faveur de notre territoire que je représente au sein de la majorité du Conseil régional :

 

. Rénovation de la piscine de Villers-Cotterêts,

. Festival culturel à Braine,

. Festival Jean de La Fontaine et Marche des Réconciliations à Château-Thierry,

. Soutien au PETR-UCCSA,

. Investissement dans les lycées de La Ferté-Milon et de Crézancy,

. Aide à une entreprise de Bucy-le-Long,

. Soutien à l'Office municipal des sports de Château-Thierry pour l'achat d'un mini bus.

 

Bien que ne pouvant limiter l'action régionale à l'octroi de subventions, ce chiffre symbolise mon engagement et celui de la majorité régionale autour de Xavier Bertrand pour notre territoire Sud Aisne. Je vous laisse découvrir les principaux dispositifs votés ci-dessous.

 

Bien à vous,

Dominique MOYSE

Votre Conseiller régional

 

900 000 euros de subventions pour le territoire

 

Lors de chaque commission permanente, les Conseillers régionaux des Hauts-de-France adoptent ou rejettent des demandes d'aides financières.

Au mois de mai, ce sont près de 900 000 euros qui ont été accordés au Sud de l'Aisne. Parmi les bénéficiaires se trouvent notamment :

 

. La piscine de Villers-Cotterêts,

. Une manifestation culturelle à Braine,

. L'achat d'un minibus pour les clubs sportifs de Château-Thierry.

 

Préservons l'académie d'Amiens

 

Suite à la publication d'un rapport de l'éducation nationale préconisant le regroupement des différentes académies, le Conseil régional a adopté une motion visant à défendre la préservation de deux académies dans la région.

 

En effet, nous sommes convaincus que la préservation de l'académie d'Amiens est essentielle au maintien de la proximité entre les différentes parties prenantes du système éducatif.

Sur proposition du groupe Union centriste auquel j'appartiens, le Conseil régional a rappelé la nécessité de préserver l'équité territoriale en conservant des académies séparées.

 

30 formations aux métiers du numérique

 

Chaque année, 3 000 emplois du secteur du numérique ne trouvent pas de candidats, au niveau national ce sont près de 80 000 postes qui ne sont pas pourvus.

 

Afin de répondre aux besoins des entreprises et de renforcer les opportunités d'emploi, la Région a décidé de financer 30 formations, gratuites et sans prérequis de diplôme, sur l'ensemble du territoire.

 

Ces formations, orientées vers des métiers en tension permettront une intégration sociale pour des personnes aujourd'hui sans qualification.

 

Un accompagnement spécifique pour les emplois associatifs

 

La Région Hauts-de-France propose désormais un dispositif d’aide à l’emploi dédié au secteur associatif.

Les associations créant un emploi pérenne peuvent désormais bénéficier d'une aide dégressive sur 4 ans afin de créer des postes concourant au développement de l’association, au renforcement de son autonomie, à sa pérennisation et sa structuration.

Sur quatre ans, l'aide peut atteindre un montant global de 28 000 euros.