Le bulletin météo du jour

 

My-Meteo.fr

    La météo en direct                 Webcam                        Les prévisions

Loading

L' actualité du quotidien

[Environnement] Captage de la Dhuis : un sujet tabou ?

25 septembre 2017

Parallèlement à la mise en place du plan de gestion piscicole du bassin versant du Surmelin pour l’AAPPMA

" La Truite Arc-en-Ciel " de Condé-en-Brie, la Fédération de l’Aisne pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique s’est attachée à la problématique liée au captage de la Dhuis à Pargny-la-Dhuys, identifiée comme un facteur dégradant la qualité écologique du cours d’eau " la Dhuis ".

 

La Fédération de l’Aisne pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique et l’AAPPMA " La Truite Arc-en-Ciel " de Condé-en-Brie

 

La Fédération de l’Aisne pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique est une association au titre de la loi 1901, dont les missions sont l’encadrement et le développement de la pêche de loisir, l’éducation à l’environnement, ainsi que la préservation et la restauration des milieux aquatiques du département, missions reconnues d’intérêt général. Elle bénéficie également d’un agrément au titre de la protection de l’environnement. La FAPPMA est aussi habilitée à être désignée pour participer au débat sur l’environnement dans le cadre de certaines instances dans le département de l’Aisne. La FAPPMA fédère les 67 Associations agréés pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique du département de l’Aisne, regroupant ainsi près de 10 000 membres actifs.

 

L’AAPPMA " La Truite Arc-en-Ciel " de Condé-en-Brie possède ses parcours de pêche sur la Dhuis, mais aussi le Surmelin, la Verdonnelle et le ru de Saint-Agnan. Bien implantée localement, l’association attire aussi de nombreux pêcheurs du bassin parisien. Les bénévoles assurent une gestion patrimoniale et protectrice des milieux aquatiques : aucun déversement de poissons, remise à l’eau obligatoire mais aussi entretien et restauration des zones de reproduction des espèces piscicoles. La sensibilisation fait aussi partie des activités de l’association.

 

Le captage de la Dhuis

 

La Dhuis est un petit cours d’eau salmonicole majoritairement axonais, d’une vingtaine de kilomètres, affluent du Surmelin, sous-affluent de la Marne. Dès la fin du XIXème siècle, ses sources d’une eau de qualité sont captées et distribuée par l’aqueduc de la Dhuis, vers la région parisienne, qui manque d’eau suite au très fort accroissement de la population.

 

…il sert maintenant à alimenter le centre commercial et de loisirs, mais aussi les installations de la société Disneyland Paris

 

Aujourd’hui, les infrastructures sont gérées par la Communauté d’agglomération de Val d’Europe. La prise d’eau de la Dhuis sert notamment à alimenter le centre commercial Val d’Europe ainsi que les installations de la société Disneyland Paris (sources : DDT Aisne).

 

…il est à l’origine de dysfonctionnement du bassin versant

 

L’impact des prélèvements en eau sur le bassin versant du Surmelin a été souligné dans le Plan Départemental pour la Protection et la Gestion des ressources piscicoles du département de l’Aisne : 30 % des atteintes de la capacité d’accueil et 20 % des atteintes de la capacité de production du bassin versant du Surmelin.

Le déficit d’eau réduit la surface de zones de reproduction potentielle et d’habitat ; ce déficit hydrique favorise aussi le colmatage et le réchauffement de la température du cours d’eau : une température supérieure à 19°c est impactante pour la Truite fario. De même l’autoépuration du cours d’eau n’est plus assurée. La reproduction, la croissance et l’alimentation de la Truite fario, espèce la plus emblématique de la Dhuis, y est donc perturbée (on pourrait aussi citer le Chabot, la Lamproie de Planer, les invertébrés aquatiques, etc.). Ce prélèvement aura d’autant plus d’impact sur le cycle biologique des espèces piscicoles avec les dérèglements annoncées du climat.

 

Globalement, bien que classée en « bon état écologique », la Dhuis présente de nombreux dysfonctionnements et atteintes (ce qui remet d’ailleurs en cause les critères d’évaluation de la Directive Cadre sur l’Eau…). En toute logique, cette atteinte quantitative à l’amont du cours d’eau est une source supplémentaire de dérèglement pour l’ensemble du bassin versant.

 

La FAPPMA se mobilise pour en savoir plus sur ce captage

 

En 2015, lors d’un comité de pilotage du Contrat Global d’action des bassins-versants du Surmelin et du Petit Morin, la FAPPMA avait demandé à ce que soit réalisée une étude de l’impact de la prise d’eau de la Dhuis sur le fonctionnement hydro écologique du cours du cours d’eau. Ce souhait a été rappelé en 2016 lors d’une réunion dans le cadre de l’évaluation du contrat global 2008-2014. Cette étude impact pourrait être associée à celle réalisée dans le cadre de la DUP du captage.

 

Face à l’inaction locale, la FAPPMA a rapidement contacté la Direction Départementale des Territoires de l’Aisne (cf. courrier du 1er septembre 2016) afin d’obtenir des informations sur la réglementation liée à la prise d’eau (volume de prélèvement autorisé, modalités de suivi, existence d’un débit minimum biologique, etc.).

En réponse, la Direction Départementale des Territoires de l’Aisne nous a joint le décret d’autorisation de la prise d’eau (1862) et nous a aussi dirigés vers la communauté d’agglomération de Val d’Europe.

 

Le 13 décembre 2016, un courrier a été adressé à Monsieur le Président de la Communauté d’agglomération de Val d’Europe afin d’établir un premier contact en vue d’obtenir les coordonnées de la personne ressource à ce sujet et/ou des informations qui répondraient à nos interrogations sur l’utilisation de la ressource en eau de la Dhuis.

Suite à l’absence de réponse de sa part, nous avons pris l’initiative d’établir un courrier multi destinataire, co-signé avec l’AAPPMA

" La Truite Arc-en-Ciel " de Condé-en-Brie, (cf. courrier du 10 mars 2017) pour espérer obtenir davantage de réponses à nos interrogations sur la problématique. Dans ce dernier courrier, nous rappelons les impacts observés sur le cours d’eau et les enjeux réglementaires du bassin versant. Malheureusement, aucune réponse à ce courrier ne nous a été formulée. Aucun service de l’État n’a non plus réagi, ce que nous regrettons.

Mais cette absence de réponse ne fait que renforcer notre détermination et nous pousse à élargir nos recherches et donc la liste des destinataires de nos courriers, mais aussi à débuter une protestation active. Un nouveau courrier, en date du 11 septembre 2017 vient d’être envoyé à Monsieur le Président de la Communauté d’agglomération de Val d’Europe.

 

Nous ne souhaitons aucunement que la Dhuis, qui est l’une des plus belles rivières du département avec un potentiel pêche important (dont la pratique peut représenter un impact économique positif non négligeable à l’échelle locale), ne subisse le même sort que d’autres cours d’eau français (la Loue ou la Bienne pour ne citer que les plus emblématiques…) dont la qualité écologique se dégrade à vue d’œil. La notion de service écosystémique, dont on entend beaucoup parler en ce moment, prend alors tout son sens tant que la qualité écologique de la Dhuis reste bonne… Mais pour combien de temps encore ?

 

Contacts :

. Jean-Pierre Mouret, Président de la FAPPMA : mouret@peche02.fr

. Dominique Toussirot, Président de l'AAPPMA "La Truite Arc-en-Ciel" de Condé-en-Brie au 06 79 12 61 21et

dom.steph02@orange.fr

. Romain Marlot, Technicien de la FAPPMA au 06 07 67 94 78 et  marlot@peche02.fr

FAPPMA

Crédit photos : FAPPMA

 

 

La Dhuis en aval de la prise d'eau le 31 août 2016. Présence d'algues filamenteuses et recouvrements biologiques verdâtres. État proche de l'insalubrité.

 

Télécharger
Courrier 1 Septembre 2016.pdf
Document Adobe Acrobat 92.0 KB
Télécharger
Courrier 13 Décembre 2016.pdf
Document Adobe Acrobat 103.3 KB
Télécharger
Courrier 10 Mars 2017.pdf
Document Adobe Acrobat 372.5 KB
Télécharger
Courrier 11 Septembre 2017.pdf
Document Adobe Acrobat 147.0 KB


Condé-en-Brie : 80 chiens inscrits au concours d’agility !

25 septembre 2017

Dimanche 24 septembre, s’est déroulé à Condé-en-Brie l’incontournable concours d’agility organisé par le Club Canin du Sud de l’Aisne (CCSA) présidé par Christian Roux.

 

Cette année, le concours ouvert à toutes les races de chiens a rassemblé 23 clubs venus de 10 départements. Au total, 80 chiens  ont concouru sur le terrain de foot-ball du bourg sous l’œil vigilant du juge berrichon Gérad Belfan. Croquette dans la gamelle, un concours spécial "Berger Blanc Suisse" était également au programme de la manifestation.

Une journée qui a rassemblé, comme à l’habitude, bon nombre de passionnés. DB


Dormans. 250 espèces de champignons font recette

25 septembre 2017

Organisée par la MJC en collaboration avec les sociétés mycologiques de Reims et Château-Thierry, l'exposition de champignons, plantes et baies toxiques s’est déroulée dimanche 24 septembre dans la salle des fêtes de Dormans.

 

Il y avait de quoi faire une belle omelette avec les 250 espèces de champignons ! Quoi que. Les espèces sans intérêt particulier pour le gastronome côtoyaient des variétés comestibles autant que des champignons mortels. Les passionnés des deux  associations mycologiques ont su prodiguer les bons conseils auprès des nombreux visiteurs.

Des champignons mais pas que. Plantes et baies toxiques du territoire étaient également présentées.

Des dessins de scolaires des classes CM1, CM2, 5ème et 4ème,

des œuvres de l’atelier de peinture Henino et de l’association dormaniste Familles rurales, sur le thème bien évidemment des champignons, complétaient de belle façon cette exposition.

 

Tout au long de la journée, les visiteurs pouvaient goûter aux recettes culinaires concoctées en un tour de main par la délégation Marne de lAcadémie Nationale de Cuisine.

 

Cette manifestation destinée à faire découvrir les champignons de la région répond aux attentes d’un public passionné…

qui en redemande ! DB

 



[Culture] Une Vallée et des Hommes : ça va marner !

25 septembre 2017

Dimanche 24 septembre, Le Breuil, dans le département de la Marne, a vu le lancement du projet Une Vallée et des Hommes initié par l’association intercommunale Vallée du Surmelin présidée par la sémillante Chantal Toubart et porté conjointement avec la Compagnie Le Diable à 4 pattes.

 

Sous le soleil, un pique-nique a rassemblé dans les jardins de la mairie breuilloise plus d’une centaine d’habitants venus pour la plupart du département de la Marne. En effet, les habitants situés de l’autre côté de la frontière administrative ont plutôt brillé par leur absence, hormis les responsables de La Compagnie du Tercio de Crézancy, commune qui soit dit en passant n’adhère pas à Vallée du Surmelin, et Rémy Thomas, secrétaire de l’association intercommunale et conseiller municipal valcampanien.

 

Dans la commune nouvelle Vallées-en-Champagne, seuls les foyers connectés ont eu connaissance de l’organisation du pique-nique. Sur ce coup-là, les autres foyers encore à l’ère

du « tout papier dans la boite aux lettres » devaient sentir le gaz... Ils ne devraient pas lever le doigt lorsqu’il sera fait appel au peuple pour jouer dans un épisode du feuilleton.

 

Des élus sud axonais comme notamment Claude Jacquin, maire de Mézy-Moulins, Nelly Triconnet, conseiller municipal de Vallées-en-Champagne ou encore Eric Assier, maire de Condé-en-Brie, sont toutefois venus prêter main forte, dès potron minet, pour la mise en place de la journée.

 

L’absence du vice-président Aisne au sein de l’association intercommunale a quelque peu interpellé. Interrogé par la rédaction, Aymeri de Rochefort indique avoir démissionné de ses fonctions. Le propriétaire du Château de Condé précise qu’il reste néanmoins « adhérent et sympathisant de l’association ».

 

Point de départ du feuilleton théâtral qui fera vibrer pendant près de deux ans l’ensemble de la vallée, La Fiancée du Surmelin, une anecdote historique, celle de Napoléon III souhaitant détourner l’eau du Surmelin pour alimenter Paris. Les habitants de la vallée ne l’entendent pas de cette oreille et trouve une alliée en la personne de l’impératrice Eugénie elle-même, de son nom de naissance Maria Eugenia Ignacia Augustina de Palafox-Portocarrero de Guzman y Kirkpatrick. A vos souhaits !

 

En ce premier dimanche d'automne, les participants au pique-nique ont accueilli sous les ordres de M. Rastagnac, préfet de la Marne, le couple impérial sur les coups de midi. Souverains et membres de leur suite ont ensuite déjeuner sur l’herbe en compagnie des Surmelinoises et Surmelinois.

Lou Mary, de l’Académie des Arts Vocaux de Picardie, accompagné à la guitare par Rémi Costa, donna un récital en l’honneur de leurs Altesses. L’aire de jeux nouvellement mise en place dans les jardins de la mairie par l’équipe municipale pilotée par le non moins sémillant maire Didier Dépit, a ravi les enfants présents.

 

Une réunion d’information sur le 1er épisode du feuilleton La Fiancée du Surmelin aura lieu jeudi 12 octobre 2017 à 18h30 en mairie de Montmort-Lucy (51). Lors de cette soirée, habitants, associations, acteurs du territoire, rencontreront les comédiens et les metteurs en scène et pourront s’inscrire aux ateliers de théâtre.

 

A voir leur enthousiasme, les habitants des communes de la Marne membres de l’association Vallée du Surmelin adhérent au projet. Ce qui ne semble pas être le cas des habitants des communes de l’Aisne. Ce n’est donc pas gagné pour les initiateurs de la démarche participative. Tout comme n’est pas gagné, d’ailleurs,  le bouclage du budget prévisionnel du projet qui se monte aux dernières nouvelles à 100 000 €. A ce jour, Vallée du Surmelin n’a reçu qu’une subvention de 20 000€ versée par la Chambre Régionale de l’Économie Sociale et Solidaire de Champagne Ardenne (CRESSCA).

 

L’association se met donc à la recherche de mécènes en rappelant les règles fiscales du mécénat. La loi n° 2003-709 du 1er août 2003 relative au mécénat, aux associations et aux fondations permet aux entreprises assujetties à l’impôt sur le revenu ou à l’impôt sur les sociétés de bénéficier d’une réduction d’impôt de 60% du montant des versements pris dans la limite de 5 pour mille (0,5%) du chiffre d’affaires. En cas de don supérieur à cette limite, il est possible de reporter l’excédent sur les 5 exercices suivants.

 

Renseignements au 06 30 85 04 44 et  par courriel lafianceedusurmelin@gmail.com

DB

 



[Exposition] MANOLAU  PIGMENT PIXEL

23 septembre 2017

Nous sommes tous matière vivante et impermanente ; les corps, la terre, et tout ce qui constitue le monde. Depuis l’expression rupestre, l’homme crée avec les outils qu’il a sous la main pour évoquer des sensations et des émotions toujours semblables au fil des siècles.

 

Emmanuel Fandre et Laurence Lefèvre qui forment Manolau jouent avec leur complémentarité pour mêler matière d’hier et d’aujourd’hui, matières naturelles et numériques. Leur œuvre à la fois fusionnelle et innée, organique et réfléchie va chercher au plus profond une vérité sans jamais s’y arrêter. Seuls les pigments et pixels composent des formes réelles et lisibles dans l’instant, qui se plantent ou qui s’envolent avant de se reproduire à l’infini.

 

Originaires de Reims et après une longue vie parisienne, le couple d’artistes vit et crée

à Montlevon, un petit village de la vallée de la Marne, dans le Sud de l’Aisne.

 

Manolau expose dans la Marne, au Centre d’Art et de Culture La Pierre Longe,

rue Armand Guéry à Auménancourt (D20), du 23 septembre au 1er octobre 2017.

Samedi et dimanche de 14h30 à 18h30. Semaine sur RDV.

Contact :

. lapierrelonge@gmail.com

. www.facebook.com/centreartcultureaumenancourt 

 

Si vous souhaitez joindre l’utile à l’agréable : samedi 30 septembre à 20h30,  concert baroque avec LA BARQUE DE CHARON.

Réservation conseillée au 03 26 97 55 12 ou 03 26 97 53 73. Entrée : 12€.

 centreartcultureaumenancourt

Crédit photos : Catherine Lefèvre


[Clin d’œil] Manger de la soupe, ça fait grandir !

23 septembre 2017

L'équipe de foot des parlementaires a participé à un match au profit du service orthopédique de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, sous les encouragements des joueurs du PSG.
L'équipe de foot des parlementaires a participé à un match au profit du service orthopédique de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, sous les encouragements des joueurs du PSG.

Un journaliste de l'hebdomadaire L'Axonais a conseillé dernièrement au député Jacques Krabal de manger du velouté de courge. (L'Axonais N°172). Trop tard, à son âge, le parlementaire ne grandira plus ! Au Brésil, lorsqu'il était gamin, le footballeur italien du PSG, Thiago Motta, a dû en manger, lui, de la soupe ! Il mesure 1m87... DB

 


[Vallées-en-Champagne] La Chapelle-Monthodon : défaillance de la continuité de l’alimentation électrique

22 septembre 2017

Marne. Le poste EDF de Dormans.
Marne. Le poste EDF de Dormans.

Une fois encore, le courant ne passe plus entre les habitants de la commune déléguée de La Chapelle-Monthodon et Enedis,

le gestionnaire du réseau de distribution d'électricité sur 95% du territoire français. Explications.

 

Les dysfonctionnements  qui avaient totalement disparu en ce début d’année 2017, hormis la panne généralisée du 12 janvier suite au passage de la tempête Egon, sont revenus !

Un habitant du bourg vient de demander une nouvelle fois l’appui de Jacques Krabal, député de la 5ème circonscription.

 

Fin 2016, après avoir été sollicité par ce même administré pour des microcoupures récurrentes, le parlementaire avait déclenché une réunion élus locaux/Enedis en mairie de La Chapelle-Monthodon.

 

Frédéric Toutée, manager de ressources senior à Enedis Château-Thierry s’était alors engagé à lancer une campagne d’élagage à blanc de la végétation située aux abords des lignes électriques de 20 000 volts.  L’élagage avait porté ses fruits. Aucune microcoupure n’était réapparue.

Depuis le 13 avril dernier, les habitants de la commune ont été impactés à ce jour par 23 dysfonctionnements. La commune de

La Chapelle-Monthodon dans l’Aisne est alimentée par un poste source situé dans la Marne. Il s’agit en effet du poste EDF de Dormans. Alerté à plusieurs reprises par l’administré odonien, Frédéric Toutée vient de lui indiquer que l’alimentation électrique est « auscultée » par tronçon, du poste de Dormans jusqu’à La Chapelle-Monthodon, depuis le 20 septembre et pour une durée de 10 jours.

 

Pour mener à bien ces travaux, la commune est actuellement alimentée par un poste situé dans le département de l’Aisne.

« Je vous donne des infos dans 10 jours ! » a précisé Frédéric Toutée au valcampanien. L’administré a également informé Eric Girardin,

le député LREM de la 3ème circonscription de la Marne. Des fois que le parlementaire évoquerait le sujet à l’Assemblée Nationale avec son collègue sud axonais, au détour d’un couloir, au salon de coiffure, à la salle de sport ou encore à la buvette. 

L'amélioration de la qualité de service est peut-être En Marche... DB

 

Télécharger
Courrier_Enedis_19092017.pdf
Document Adobe Acrobat 403.5 KB

Une journée de contes avec Le Chien qui Miaule

22 septembre 2017

Gérard Gille est le conteur de la Compagnie sud axonaise Le Chien qui Miaule.
Gérard Gille est le conteur de la Compagnie sud axonaise Le Chien qui Miaule.

Rendez-vous le 1er octobre 2017 à Brasles, dans les locaux de l’association Soins et Sens, pour une journée de contes animée par la compagnie sud axonaise Le Chien qui Miaule !

 

Au programme :

 

. Atelier découverte autour des mots dans leur poésie et leur musicalité de 10h00 à 16h00. Le nombre de places est limité.

 

. ApéroConte à partir de 18h30.

 

Tarifs : Atelier découverte : 20 €. ApéroConte : 5 €.

L'ApéroConte est gratuit pour ceux qui s'inscrivent à l'atelier.

 

 

Plus d'infos au 06 68 62 64 03 ou compagnielcqm@yahoo.fr

lacompagnielechienquimiaule

 


Sud de l’Aisne. Rencontres autour du BOIS LOCAL

22 septembre 2017

« Où en sommes-nous dans le sud de l’Aisne ? » Le bois, une solution innovante pour demain. Les acteurs du sud de l’Aisne vous proposent un temps d’échanges autour de la filière

Forêt-Bois et vous présentent de nouvelles perspectives !

 

La filière bois vous intéresse ? Vous êtes une entreprise, un acteur de la filière, un artisan,

un indépendant, un forestier et/ou propriétaire, ou tout simplement vous portez un intérêt à nos forêts, nos essences et au bois local ? Vous êtes invités le

 

mardi 3 octobre 2017

de 17h00 à 19h30

au PETR-UCCSA à la ferme du Ru Chailly à Fossoy (02650).

 

L’objectif sera de présenter la place du bois local dans les projets sur le territoire au travers d’exemples de projets réalisés et/ou à venir afin d’apprécier le potentiel de l’usage du bois dans la construction...

 

Les circuits courts seront au cœur des débats pour mettre en avant l’approvisionnement en bois local et l’usage dans la construction,

la fabrication de produits touristiques, la production de produits dérivés comme du mobilier d’intérieur ou d’extérieur et d’autres produits utilisant les essences de nos arbres. codev

 

Télécharger
Déroulé_03102017_BOIS LOCAL Où en sommes
Document Adobe Acrobat 163.1 KB

[Presse] L’hebdo L’Axonais débarque à Dormans, dans la Marne !

21 septembre 2017

 

Situé dans Soissons, 12 boulevard Gambetta, L’Axonais couvre l’information du Soissonnais, du Laonnois, de la région de Château-Thierry. C’est un journal 100% local pour informer et distraire.

 

L’Axonais informe ses lecteurs sur la vie politique (sans parti pris et sans craindre d’être pris à partie…), la vie judiciaire, les faits divers et la vie culturelle, sociale et associative. L’Axonais est en vente tous les jeudis 1,50 euro chez plus de 100 marchands de journaux du département de l’Aisne. Mais pas que !

 

De nombreux habitants du sud du sud de l’Aisne fréquentent les commerces situés dans deux grosses bourgades de la Marne. Il s’agit de Montmirail et Dormans. Du coup, L’Axonais est en vente, aussi, dans les points suivants :

 

. Montmirail : Leclerc Express et Maison de la Presse.

. Dormans : Maison de la Presse au 3 place du Luxembourg.

 

A noter que L’Axonais est en vente également par abonnement.

 DB

 

 

 


Trélou-sur-Marne. Ouverture d’un atelier moto, quad et scooter

21 septembre 2017

Au hameau de Chassins et plus précisément au 23 rue de Dormans, MIKABIKE est la nouvelle enseigne spécialisée dans la réparation et l'entretien de motos, quads et scooters. A la tête de la petite entreprise, Michael Petitbon, un jeune sud axonais au parcours professionnel atypique.

 

« Depuis mon enfance, j'ai toujours baigné dans le monde de la moto. Mon père faisait de la moto et était un passionné de mécanique. Il m'a transmis sa passion. Avant, je n’étais pas mécano, j’étais dans la restauration. J’ai commencé à travailler chez Maître Kanter à Reims. Ma famille étant dans le secteur Crézancy-Château-Thierry, je suis ensuite rentré à l’Auberge de Reuilly située à Reuilly-Sauvigny. J’ai arrêté la restauration afin de pouvoir profiter de mes enfants. J’ai alors fait un peu de logistique chez FM Logistic à Epaux-Bézu, mais ce n’était vraiment pas mon truc. Moi, c’était la moto et la mécanique » explique Michael. Du coup, celui-ci décide d’obtenir un CAP mécanique moto.

 

Diplôme en poche, l’apprenti mécano va faire ses armes pendant 1 an chez DG Motos à Épernay dans la Marne. Il retrouve ensuite Reims et travaille pendant 6 mois chez Dafy Moto. La vente exclusive d’équipement moto et le montage journalier de pneumatiques ne sont pas son univers. « J’avais déjà ce projet d’atelier dans la tête depuis 2015. Je cherchais un local sur Dormans, mais la cherté des loyers m’a forcé à revenir dans le sud de l’Aisne. J’ai alors rencontré le propriétaire de l’ancienne Ferme du Moulin à Chassins. Il aménageait un bâtiment. Cela s’est fait comme ça » poursuit le jeune entrepreneur.

 

Pour monter son affaire, Michael Petitbon a bénéficié des aides d’organismes spécialisés au service des personnes handicapées et de la BGE Picardie pour le business plan. « Pour l’instant, je fais tout, tout seul. Je m’occupe de l’atelier, du magasin et de la gestion.

Je vous l’accorde, j’ai tout de même un comptable. Je ne me verse pas encore de salaire. Ma préoccupation actuelle est le paiement de mes fournisseurs. Je vais accueillir un stagiaire de 3ème, fin janvier ou début février 2018. Il m’a l’air assez débrouillard et connaît déjà toutes les références dans le domaine de la moto. Ce sera un stage de découverte en entreprise » précise Michael.

 

MIKABIKE est donc doté d’un vaste atelier dédié à l’entretien et à la réparation des motos, quads et scooters. Michael Petitbon est en mesure d’intervenir sur toutes les marques et cylindrées.

 

Un service rapide est proposé aux clients. Montage d’un pneu, vidange, changement de plaquettes, etc... sont faits dans la journée et sans rendez-vous !

« C’est rapide sur une moto. C’est moins rapide sur un quad. Quand les quaders arrivent, c’est qu’il y a vraiment un souci ! » lance le patron de MIKABIKE.

 

Jouxtant l’atelier, le magasin d’équipement et d’accessoires motos et motards propose un choix varié. Casques, bottes, cuirs, il y en a pour tous les goûts et à des prix abordables.

Une belle initiative : chez MIKABIKE, un jeune conducteur trouvera un pack comprenant blouson, chaussures et gants pour 249€, sur présentation du livret d’inscription au permis de conduire. Une remise de 10% sera accordée à un jeune conducteur, si ce dernier souhaite un équipement spécifique « à son goût ». Là encore, il suffira de présenter le livret d’inscription.

 

MIKABIKE accueille une clientèle située dans un rayon de 35 à 40km et devrait être un plus non négligeable pour les amateurs de moto et quad du territoire.

L'inauguration de l'atelier aura lieu avant l'hiver et en présence de pilotes motos et quads sud axomais et marnais jouissant d'une renommée internationale. A très vite !

 

MIKABIKE. 23 route de Dormans. Hameau de Chassins.

02850 Trélou-sur-Marne. Tél : 03 23 83 58 49. Ouvert du mardi au vendredi de 08h30 à 12h00 et de 14h00 à 19h00. Le samedi de 08h30 à 19h00. Fermé dimanche et lundi.

DB

 



[Sport] Monthurel : la guerre aux bourrelets est déclarée !

20 septembre 2017

Les experts sont formels : une pratique régulière d’un sport améliore considérablement la résistance du corps face aux agressions de la vie moderne. Gym douce, renforcement musculaire, sont au programme des nouvelles activités sportives qui peuvent être pratiquées au sein d’un groupe à Monthurel. T-Shirts, leggings et autres débardeurs sont de sortie !

 

« La pub distribuée dans les boites aux lettres indiquait que la nouvelle animation démarrait le 1er avril dans la salle polyvalente du village. Les gens ont cru que c’était un poisson d’avril ! Du coup, il n’y avait pratiquement personne lors de l’ouverture » indique Michèle Duparcq, 2nd adjoint à la mairie. « Nous n'étions que 5 ! » renchérit Aurélie Drapier, coach sportive du groupe.

 

Ouverte principalement aux habitants de Monthurel, Saint-Eugène et Connigis, l’activité gym se déroule dans un esprit familial. « Ici, on travaille et on s’amuse en même temps. Il y a environ 8 participants lors de chaque cours. De toutes les façons, compte tenu de la capacité de la salle, nous ne pouvons accueillir que 10 à 15 personnes maxi. Nous avons voulu monter cette activité pour les personnes du coin qui souhaitent faire du sport mais qui ne peuvent pas se rendre dans un club à Condé-en-Brie ou Château-Thierry, soit parce qu’elles n’ont pas de moyen de locomotion, soit parce que le montant de l’adhésion est élevé.

 

Chez nous, aucune cotisation n’est demandée. Nous faisons du bénévolat. La présentation d’un certificat médical d’aptitude à la pratique du sport n’est pas obligatoire. Chacun vient ici  en engageant sa responsabilité personnelle » souligne Aurélie.

 

Le groupe, composé pour le moment exclusivement de femmes, investit donc régulièrement la salle polyvalente. Une salle prêtée gracieusement par la municipalité monthurelloise pilotée par le maire Didier Simon. « Les hommes sont les bienvenus ! » lance Michèle Duparcq, la doyenne du groupe.

« De beaux chippendales ! » s’exclame Aurélie Drapier en s’affairant autour de la sonorisation. Car qui dit gym, dit musique !

Les séances, d’une durée d’1 heure, débutent par une série d’échauffements, afin de préparer les muscles et les articulations aux différents exercices qu’ils devront effectuer et se terminent par des mouvements de relaxation.

Des exercices de Step seront bientôt programmés. Marche et course à pied sont également au catalogue des activités.

 

« Nous voulons faire bouger le village » indique Michèle Duparcq. Améliorer au mieux la condition physique d’une façon ludique et divertissante est en tous cas une excellente idée.

 

Contact : gymmonthurel@gmail.com

DB



[CONCOURS Sous-Officier de gendarmerie 2018]

19 septembre 2017

 

 

 

 

 

Depuis le 18 Septembre 2017, vous avez la possibilité de vous inscrire pour le concours de sous-officier de gendarmerie qui se tiendra en mars 2018.

 

Voilà l'occasion pour les plus jeunes de rentrer dans la vie active avec un métier passionnant au service de nos concitoyens. Pour ceux qui sont déjà dans un parcours professionnel,

cela peut-être l'occasion d'une réorientation.

Plus d’infos sur ce lien.

gendarmesdelaisne

 


[Exposition] Fère-en-Tardenois : un trio d’artistes au Centre culturel

17 septembre 2017

La Communauté d’Agglomération de la Région de Château-Thierry (CARCT) invite trois femmes, trois styles, mais une passion commune : la peinture et le dessin.

 

Brigitte Van Boven a vécu en région parisienne, elle aime particulièrement représenter trois thèmes sur ses toiles, à savoir « les chats », « les paysages » et « les personnages ». Mais elle pratique également d’autres activités, comme la restauration de fauteuils.

 

En 2007, elle fait la rencontre de Nariktha Kernem, qui devient une amie et avec qui elle peint régulièrement. Celle-ci habite à Château-Thierry et est d’origine Cambodgienne. Nariktha est particulièrement inspirée par de grands maîtres tels que Klimt ou encore Gauguin.  Leur passion commune pour la peinture et le dessin est arrivée au moment de la retraite. Elles pratiquent cet art de manière autodidacte et pour leur plaisir. Nariktha explique « j’aime les tableaux pour garnir mes murs », donc vous comprendrez bien que sa collection est personnelle et ne figurera pas dans le catalogue des ventes.

 

Enfin, Danièle Moreau est une habituée des expositions du centre culturel. Accompagnée par son époux, elle est presque toujours présente lors des vernissages. Cette habitante de Vézilly peint depuis toujours et nous fera l’honneur d’exposer de très grands formats. Elle se dit « Bonne en tout, mais spécialiste en rien », pourtant ses trompes l’œil vous feront penser le contraire, tant ils sont impressionnants.

 

Vous l’avez compris, pour cette rentrée, les femmes sont mises à l’honneur. Brigitte, Danièle et Nariktha sont trois femmes aux personnalités différentes, élégantes et cultivées et elles vous présenteront leurs travaux lors du vernissage le samedi 23 septembre à 11h00.

L’équipe du centre culturel de la Communauté d’Agglomération et son Président Etienne Haÿ, sont heureux de vous convier à cet événement.

 

Exposition du 23 septembre au 14 octobre 2017 : le mardi de 09h00 à 12h00 et de 13h30 à 20h30, du mercredi au vendredi de 09h00 à 12h00 et de 13h30 à 20h00, le samedi en continu du 09h00 à 16h30.

Renseignements au 03 23 82 07 84 et centreculturel-claudel@carct.fr

Centre culturel Camille Claudel. 1 Rue de la Croix Poiret. 02130 Fère-en-Tardenois.

CARCT

 


Blérancourt recherche médecin !

16 septembre 2017

Bourg situé à la limite des départements de l’Aisne et de l’Oise, à 15km de Noyon et Chauny, Blérancourt recherche un médecin généraliste.

 

Ce dernier exercera dans un centre médical déjà existant. Cette structure, où le loyer est modéré, appartient à la commune qui est classée en zone de revitalisation rurale (ZRR) depuis le 1er Juillet 2017 (fiscalité avantageuse).

 

Blérancourt est doté de nombreux services et commerces : pharmacie, kiné, notaire, école, musée Franco-américain, auto-école, esthéticienne, salon de coiffure, boulangerie, bureau de poste, Carrefour contact, boucherie, garagiste, restaurant, fleuriste, bar PMU, petit-marché une fois par semaine...

Contact : mairie de Blérancourt au 03 23 39 60 08 ou pharmacie de Blérancourt au 03 23 39 60 43.

DB


Théâtr’O : 52 premières années de théâtre et d’éducation populaire à Château-Thierry

14 septembre 2017

Suite à l’émission de France Inter du mardi 4 avril dernier au cours de laquelle

Jean-Marc Quintin, metteur en scène du Théâtr’O, était l’invité de Philippe Bertrand dans

« Carnets de Campagne », l’Université Populaire de Château-Thierry a sollicité le metteur en scène afin qu’il développe et complète les points abordés sur la radio généraliste.

 

Ainsi, vendredi 29 septembre à 19 h00, au lycée Jean de La Fontaine de Château-Thierry, Jean-Marc Quintin abordera les points suivants :

 

. La naissance du Théâtr’O,

. Les années Claude Varry et le Festival d’Avignon,

. Les années silencieuses,

. Naissance de l’association Théâtr’O,

. Les années Perrier,

. La suite,

. Le Théâtr’O aujourd’hui.

 

Cette présentation n’aura rien de linéaire car l’intervenant à tout instant saura mettre en perspective la vie du Théâtr’O avec la vie locale et notamment avec le rôle des élus qui

se sont succédés à la mairie de Château-Thierry.

 

Un demi-siècle d’histoire qui rend compte aussi des évolutions sociétales : les différentes politiques successives concernant l’éducation populaire. Ainsi, un demi-siècle d’éducation populaire qui permet à l’humain de se construire par la pratique d’une activité artistique valorisante comme le théâtre. Le Théâtr’O, un ilot de résistance au conformisme et à l’endormissement ?

 

Théâtr'O. Espace Culturel Claude Varry. 24 bis rue Paul Doucet. BP 12. 02402 Château-Thierry Cedex.

Tél : 03 23 83 42 92 et 06 86 96 59 18. UPCT


Action de prévention " Solidarité motards "

12 septembre 2017