Le bulletin météo du jour

 

    La météo en direct                 Webcam                        Les prévisions

Loading

L' actualité du quotidien

Dormans. Grain de Julia à la Maison de la Presse Eva’sion vendredi 23 août !

21 août 2019

 

 

 

 

La Maison de la Presse Eva'sion de Dormans est heureuse d'accueillir Grain de Julia, vendredi 23 août, pour une exposition/vente de ses jolis accessoires pour femmes et petites filles.

Nous vous attendons nombreux de 08h00 à 12h00. Vous pouvez d’ores et déjà découvrir quelques articles sur la page Grain de Julia.

 

Maison de la Presse Eva'sion. 3 Place de Luxembourg. 51 700 Dormans.

Tél : 03 26 58 20 71.

LDS

 


Charly-sur-Marne. La chorale Charly par Chœur fait sa rentrée le 13 septembre

21 août 2019

La chorale Charly par Choeur était en concert, le 6 juillet 2019, en l'église paroissiale de L'Emm située entre Metzeral et Sondernacch dans la vallée de Munster.
La chorale Charly par Choeur était en concert, le 6 juillet 2019, en l'église paroissiale de L'Emm située entre Metzeral et Sondernacch dans la vallée de Munster.

Le 13 septembre 2019, la chorale " Charly par Chœur " reprendra ses répétitions tous les vendredis, de 20h00 à 22h00,

dans la salle de l'amicale située rue des Écoles à Charly-sur-Marne.

 

Si le chant choral vous intéresse, n'hésitez pas à venir nous rejoindre. Informations auprès de : cc.corbier@sfr.fr

CC

Crédit photo : CC


[Événement] 75ème anniversaire de la libération de Montmirail

21 août 2019

La Ville de Montmirail organise un événement de grande envergure, samedi 24 et dimanche 25 août, pour commémorer

les 75 ans de sa libération.

 

«Nous aurons la chance d’accueillir une centaine de véhicules militaires d’époque pour un défilé le dimanche 25 août.» confie Pascal Poisson, adjoint au maire, en charge des animations. Le départ aura lieu à Montenils à 10h00, passage à Rieux, Mécringes, Chaussée de Mécringes, rue de la Libération, rue de la Juiverie, Monument aux morts, Avenue Charles de Gaulle, rue Docteur Philippe Amelin, place Rémy Petit, rue Lucien Mathieu, Avenue de l’Empereur. L'arrivée aux Avenues est prévue vers 11h30.

Une cérémonie aura lieu au monument aux morts à 10h45.

 

Durant les deux jours seront établis dans les Avenues :

 

- le camp militaire du SHAEF,

- le camp de Memory 44,

- deux camps médicaux, Medic 2ème DB,

- la participation de la 7th Division blindée.

 

Dans ces différents camps, vous découvrirez la vie des soldats américains au moment du débarquement avec les explications

des passionnés de cette époque et pourrez voir également la projection du film de la libération de Montmirail en ce 28 Août 1944, ainsi que des photos témoignages. Un fascicule des récits de la libération par les habitants de Montmirail et les alentours vous sera proposé.

 

Samedi 24 août, les reconstitueurs défileront dans les communes environnantes et vous présenteront une partie de leur matériel aux Avenues.

 

Pour animer ces deux jours :

 

- samedi soir 24 août à 21h00 aux Avenues, vous assisterez au concert de Mamz’elle Bee Swing et son orchestre de 10 musiciens,

- dimanche 25 août à 15h00 aux Avenues, Mamz’elle Bee Swing and the Boys vous présenteront le spectacle "Good Old Swing et Boogie Music".

 

Buvette et restauration sur place. Réservation conseillée auprès du restaurateur au 06 10 50 50 65.

Pour l’occasion, la Ville de Montmirail vous propose de venir aux Avenues en tenue d’époque. Pascal Poisson souligne que "les animations, qui seront gratuites, ne peuvent se faire que grâce à l'aide des fonds européens LEADER".

DB


Bassin versant du Surmelin. Ouverture d’une enquête publique relative au projet du plan de prévention des risques inondations et coulées de boue

20 août 2019

Photo d'illustration.
Photo d'illustration.

 

Il sera procédé dans les communes de Dhuys-et-Morin-en-Brie, Celles-lès-Condé, Condé-en-Brie, Connigis, Crézancy, Mézy-Moulins, Monthurel, Montigny-lès-Condé, Montlevon, Pargny-la-Dhuys, Saint-Eugène et Vallées-en-Champagne, à une enquête publique relative à l’élaboration du plan de prévention des risques inondations et coulées de boue sur les communes du bassin versant du Surmelin.

 

Cette enquêtese déroulera du lundi 16 septembre 2019 au vendredi 18 octobre 2019 inclus (33 jours).

 

 

Pendant toute la durée de l’enquête, le public pourra consigner ses appréciations, suggestions et contre-propositions sur un registre d’enquête, établi sur feuillets non mobiles, côté et paraphé par le commissaire enquêteur, tenu à disposition en mairie de Dhuys-et-Morin-en-brie, Celles-lès-Condé, Condé-en-Brie, Connigis, Crézancy, Mézy-Moulins, Monthurel, Montigny-lès-Condé, Montlevon, Pargny-la-Dhuys, Saint-Eugène et Vallées-en-Champagne.

 

Le public pourra également les adresser au commissaire enquêteur, par lettre, à la mairie de Condé-en-Brie, siège de l’enquête,

et le cas échéant à l’adresse électronique suivante : ddt-modification-ppr@aisne.gouv.fr.

 

La commission d’enquête, constituée pour le projet susvisé, est composée de M. Christian Origal, officier de la gendarmerie nationale, en retraite, en qualité de président de cette commission d’enquête et de M. Dominique Riboulot, ingénieur télécommunication,

en retraite, et de M. Bernard Vincent, géomètre-expert, en retraite, membres titulaires de cette commission d’enquête.

aisne.gouv

Télécharger
AP_EP_SURMELIN.pdf
Document Adobe Acrobat 263.0 KB

Dormans. Une belle exposition de champignons vous attend dimanche 29 septembre

20 août 2019

L'exposition a lieu tous les deux ans depuis 1985.
L'exposition a lieu tous les deux ans depuis 1985.

La MJC de Dormans organise une exposition de champignons, dimanche 29 septembre 2019, de 10h00 à 18h00, dans la salle des fêtes de Dormans.

 

Les champignons seront cueillis, la veille, dans les bois autour de Dormans avec la collaboration des sociétés mycologiques de Reims et Château-Thierry. Ces deux associations participeront également à la détermination des caractères propres à chaque espèce.

 

Parallèlement à l’exposition, la MJC souhaite présenter des plantes et baies exotiques afin d’informer et éduquer le public.

Côté gustatif, les membres de l’académie de cuisine réaliseront des recettes culinaires à base de champignons.

 

 

Un décor champêtre comprenant des animaux naturalisés prêtés gracieusement par un taxidermiste, sera réalisé par le jardinier

de la Ville de Dormans.

La MJC organise conjointement un concours de dessin sur le thème du champignon, à l’attention des élèves  des classes de Grande maternelle, CM 1, CM 2, 5ème et 4ème du secteur de Dormans. A l’issue du concours, les meilleurs travaux recevront un cadeau offert par la MJC.

 

Exposition de champignons. Dimanche 29 septembre 2019. De 10h00 à 18h00. Salle des fêtes. 28 Avenue de Paris.

51 700 Dormans. L’entrée est libre.

BR

Crédit photo : a58


Condé-en-Brie. Une fête de la moisson du Sud de l’Aisne réussie malgré un temps capricieux

19 août 2019

L’association Fête de la Moisson du Sud de l’Aisne Aux Portes de la Champagne avait

le sourire à l’issue de la 3ème édition de la fête de la moisson qui s’est déroulée, dimanche 18 août, au bourg centre de Condé-en-Brie.

 

Cela avait pourtant mal débuté. Pour les nombreux bénévoles qui, dès la veille, œuvraient trempés de la tête aux pieds sur la mise en place des différents stands et animations,

cette édition prenait l’eau.

 

 

 

Et pourtant, le lendemain, le public répondait présent malgré un temps toujours aussi capricieux. Ce qui donnait du baume au cœur

à Jacques Royer, le président de l’association, ainsi qu’à celles et ceux qui s’étaient investis pour le plaisir des yeux, des oreilles et

des papilles des visiteurs.

 

Comme l’a souligné Natalie William, sous-préfète de l’arrondissement de Château-Thierry, lors de l’inauguration, cette fête «met en lumière des savoir-faire agricoles, des outils anciens, met en valeur le territoire et son patrimoine et procure un vrai moment de convivialité, de partage dans le Sud de l’Aisne».

Quelques personnalités du territoire sont venues fouler les chaumes, comme notamment Anne Maricot, conseillère départementale d'Essômes-sur-Marne, Jacqueline Picart, maire déléguée de La Chapelle-Monthodon, Claude Picart, maire délégué de Saint-Agnan,

ou encore Sébastien Eugène, maire de Château-Thierry.

 

La quatrième édition de la fête de la moisson du Sud de l'Aisne se déroulera en 2020 à Charly-sur-Marne, puis en 2021 à Rozet-Saint-Albin, au Moulin Hoche,  près de Neuilly-Saint-Front.

DB

Crédit photos : AX10 / Benji


Dormans. La pétition internet contre le projet de production d’œufs alternatifs plein air dérape

16 août 2019

Image d'illustration.
Image d'illustration.

«Ensemble, tout devient possible !» : Tel est le slogan du site de pétitions par internet MesOpinions.com. Ce slogan accrocheur a attiré dans les mailles de son filet un internaute dont le commentaire laissé sur la pétition «Non au projet d’exploitation de 40 000 poules

à Dormans» n’est pas l’un des plus constructifs, c’est le moins que l’on puisse dire.

 

 

 

 

L’internaute anonyme a en effet écrit, jeudi 15 août à 20h28 : «Mort à ceux qui ont pondu ce projet». Si ce commentaire est, certes, de circonstance, il n’en demeure pas moins être l’un des plus cons. Le projeteur Olivier Coubronne réagit : «On aura tout vu. Voilà maintenant que l’on souhaite ma mort. Cela devient fou.»

 

La rédaction a tenté de joindre, sans succès, le site internet en question afin d’échanger sur ce commentaire. Néanmoins, une alerte

pour abus dangereux a été lancée vers l'équipe de modération du site.

DB

MesOpinions.com répond

 

Le commentaire nullissime laissé, jeudi 15 août, par l’internaute anonyme a été supprimé, dimanche 18 août, par l’équipe de modération. Le site précise qu’un commentaire est supprimé automatiquement  "par la machine"  lorsqu’il est, par exemple, à caractère raciste, insultant ou homophobe, à postériori par l’équipe de modération pour les autres commentaires. Tout commentaire est supprimé lorsque deux personnes différentes utilisent l’onglet « signaler un abus ».

 

MesOpinions.com souligne que l’auteur d’une pétition est certes responsable du texte de la dite pétition, mais également de tous

les commentaires qui sont associés. Le site indique enfin qu’Olivier Coubronne a un droit de réponse sur la pétition mise en ligne.

DB


Fère-en-Tardenois. Préparez sereinement la rentrée au Centre culturel Camille Claudel

15 août 2019

Rentrée culturelle : les inscriptions sont ouvertes !

 

Vous recherchez une activité artistique pour la rentrée ? Le centre culturel et les écoles de musique situées à Fère-en-Tardenois et Neuilly-Saint-Front vous proposent un large panel : danse, musique, art ou informatique. Les activités reprendront la semaine du 16 septembre alors ne tardez pas ! Les places sont limitées. Consultez le site internet www.carct.fr (rubrique Loisirs > centre culturel) et téléchargez le dossier d’inscription. Renvoyez-le

à l’adresse centre-culturel-claudel@carct.fr ou venez nous rencontrer directement au centre culturel. L’équipe vous accueillera pour répondre à toutes vos questions.

 

Retrouvez-nous au forum des associations

Samedi 14 septembre - Halles des sports intercommunale.

 

Retrouvez l’ensemble de l’équipe du centre culturel sur le forum des associations

à la Halle des sports intercommunale, 6 Place de Wertingen à Fère-en-Tardenois,

de 13h30 à 17h30. Nous vous proposerons plusieurs activités : ateliers lecture, travaux manuels pour les plus petits, initiation musicale au "body clap-ping". Renseignements et inscription sur place pour les cours et les ateliers artistiques de la rentrée.

 

 

 

 

 

 

Café littéraire - samedi 28 septembre à 10h00

 

C’est le rendez-vous des lecteurs passionnés pour discuter d’une large sélection

de livres, autour d’un café, d’un jus de fruit et de quelques viennoiseries. Polar, BD, romans, ouvrages philosophiques, livres de cuisine... Il y en a pour tous les goûts !

Une nouveauté cette année : nous vous mettrons à disposition en exclusivité les livres

de la rentrée littéraire... Cette rencontre est gratuite et accessible à tous.

Renseignez-vous au 03 23 82 07 84 ou sur place pour disposer de la liste des livres mis à disposition en téléchargement sur le site internet carct.fr > rubrique Loisirs> centre culturel.

 

 

 

 

 

 

La Femme à barbe (spectacle musical - gratuit)

Mercredi 9 octobre à 16h30

 

Dans le cadre du dispositif 100% Éducation Artistique et Culturelle (EAC) mis en place sur

le territoire de la Communauté d’Agglomération, le centre culturel vous propose

une rencontre unique avec la compagnie des Lunaisiens.

La Femme à barbe est une performance musicale alliant chant, orgue de barbarie, accordéon, flûte ou encore basson pour illustrer le thème du cirque et l’époque

des saltimbanques. Émerveillement pour les oreilles garanti !

Renseignements au 03 23 82 07 84.

 

Centre culturel Camille Claudel. 1 rue de la Croix Poiret. 02 130 Fère-en-Tardenois. Tél : 03 23 82 07 84.

Courriel : centreculturel-claudel@carct.fr

CARCT


Vallées-en-Champagne. La pie grièche écorcheur et le hibou des marais

14 août 2019

La centrale occupera 7 ha de l'ancienne décharge.
La centrale occupera 7 ha de l'ancienne décharge.

 

 

Ce n’est pas une histoire imaginaire mais une vraie histoire. Le projet de centrale photovoltaïque au sol sur le territoire de La Chapelle-Monthodon, commune

de Vallées-en-Champagne, porté par la société QUADRAN SAS est soumis

à la demande de dérogation à la destruction d’habitat de deux espèces protégées : la pie grièche écorcheur et le hibou des marais. Drôle d'histoire.

 

 

 

 

 

«La pie grièche écorcheur est une espèce typique des milieux semi-ouverts comportant des arbustes ou des buissons touffus bas favorables à la nidification, des perchoirs de faible hauteur, alliés avec des zones herbeuses comme les prairies de fauche et/ou pâtures extensives. Deux adultes ont été observés sur le site en train de transporter de la nourriture pour les jeunes.

Le hibou des marais a été observé lors d’un inventaire de mi-juin. Il fréquente les milieux ouverts, les marais et les grandes steppes herbeuses mais aussi les dunes et friches herbeuses. L’espèce pond essentiellement de mi-avril à début juin en France».

 

Un deal passé avec un agriculteur

 

L’habitat de la pie grièche étant altéré par le projet, «le maître d’ouvrage a mené une réflexion de compensation ex-situ. La zone sélectionnée est située à proximité directe du site et possède une surface de 2 ha. La parcelle appartient actuellement à un agriculteur et est à l’état de friche. Elle est donc principalement d’espèces rudérales. La reprise d’une gestion par fauche, permettra de diminuer

la quantité d’espèces rudérales sur le site et ainsi, le retour progressif des espèces prairiales. Une fois la prairie de fauche mise en place, le site devra donc être aménagé en faveur de la pie grièche écorcheur. Une convention est en cours de finalisation avec l’agriculteur.»

 

L’agriculteur en question n’est autre qu’Olivier Coubronne, demeurant au lieu-dit La Bourdonnerie sur la commune de Dormans. L’exploitant est porteur d'un projet de production d’œufs alternatifs codés 1 avec 40 000 poules pondeuses en plein air, sur un site situé

à 762 mètres de la future centrale photovoltaïque au sol.

 

Le projet d’Olivier Coubronne fait l’objet d’une opposition farouche de la part de riverains, de conseils municipaux de communes voisines marnaises, de 177 signataires d’une pétition locale marnaise et de 59 814 signataires d’une pétition nationale. Le conseil municipal de Vallées-en-Champagne, commune impactée par le projet, a adressé le 30 juillet dernier une motion dans le cadre

de la consultation publique à la Cellule Environnement en charge du dossier sein de la Direction départementale des territoires

de la Marne.

Selon nos informations, cette motion pointe du doigt quatre points contenus dans le  dossier et qui interpellent les élus, comme notamment l’absence de prise en compte, totale, de l’aire d’alimentation en eau potable, ou encore le soi-disant faible impact touristique de la zone concernée. L’agriculteur va-t-il freiner des quatre fers face à la finalisation de la convention ?

La question lui est posée. «Une chose à la fois. La priorité est donnée à mon bâtiment poules pondeuses. Pour le reste, nous verrons cela plus tard.» répond Olivier Coubronne.

DB


Vallées-en-Champagne. Village de La Chapelle-Monthodon. Une enquête publique sur un projet de centrale photovoltaïque au sol

13 août 2019

Le futur site du projet de centrale photovoltaïque.
Le futur site du projet de centrale photovoltaïque.


Une enquête publique sera ouverte, du 24 septembre au 23 octobre 2019 inclus, ayant pour objet un projet de centrale photovoltaïque au sol, lieu-dit La pièce de l’étang

à La Chapelle-Monthodon, commune de Vallées-en-Champagne dans le département

de l’Aisne.

 

Cette procédure réglementée se déroulera dans les communes de La Chapelle-Monthodon et Dormans dans le département de la Marne.

 

 

 

M. François Atron, ingénieur divisionnaire des T.P.E, en retraite, est désigné en qualité de commissaire-enquêteur pour procéder

à l’enquête publique. Le commissaire-enquêteur recevra les observations du public :

 

- en mairie de La Chapelle-Monthodon, salle communale, mardi 24 septembre 2019 de 09h30 à 12h30, mardi 1er octobre 2019

de 14h30 à 17h30 et mercredi 23 octobre 2019 de 16h00 à 19h00.

- en mairie de Dormans, samedi 12 octobre 2019 de 09h30 à 12h00.

Une réunion publique d’information sur ce projet se tiendra mardi 10 septembre 2019 à 19h00, salle communale, à La Chapelle-Monthodon.

 

Le projet de centrale photovoltaïque au sol est situé sur l'ancien centre d'enfouissement technique des déchets ultimes ouvert

sur la commune de La Chapelle-Monthodon en 1975. Ce centre a fait l'objet d'une extension sur la commune de Dormans dans

les années 2000, puis a été définitivement fermé par arrêté préfectoral le 6 juillet 2009.

DB

 

Télécharger
Enquête publique centrale photovoltaïque
Document Adobe Acrobat 92.2 KB

Montlevon. Encore des actes d’incivilités insupportables

11 août 2019

Edgar Vervaet, maire du bourg sud axonais de Montlevon, ne décolère pas. En effet, l’édile vient de découvrir, une nouvelle fois, plusieurs dépôts de déchets en tout genre sur le territoire de sa commune.

 

Un seau contenant de l’huile de vidange, des pots de confiture et de pâté, une trottinette, du verre, des cartons et des saloperies diverses et variées ont été déposés sur le bord de la petite route de la Villeneuve, en direction du village voisin de Viffort.

 

«C’est la troisième fois que cela se produit sur la commune, confie Edgar Vervaet, Pour les dépôts précédents, j’avais trouvé des indices

qui m’ont permis de faire verbaliser les contrevenants. Une enveloppe déchirée en petits morceaux faisait partie d'un dépôt de déchets. J’avais réussi à reconstituer le puzzle et trouver ainsi le coupable. Là, j’ai regardé partout, mais malheureusement, je n’ai rien trouvé qui puisse m’aider.

Je vais passer une matinée à enlever les déchets.»

 

Nelly Guedrat, première maire adjointe de la commune, est outrée. «Quelle honte de voir cela» lance l’élue. Pas de nom, pas de coupable, pas de plainte : Le maire de Montlevon indique qu’il se rendra néanmoins à la gendarmerie, photos en poche, afin de déposer une main courante.

DB

Crédit photos : NG

 


Louâtre. La pluie s’invite aussi à l’inauguration du bâtiment de 40 000 poules pondeuses en plein air

11 août 2019

Les poules arriveront d'ici dix jours.
Les poules arriveront d'ici dix jours.

Le conditionneur d’œufs CDPO (Conditionnement, distribution et production d’œufs) et

la SCEA De Catifet ont inauguré, vendredi 9 août, le bâtiment de production d’œufs alternatifs plein air, codés 1, implanté au hameau de Violaine sur la commune de Louâtre,

à 12km de Villers-Cotterêts.

 

A l’abri des fortes pluies, près de quatre-vingt personnes ont ainsi pu échanger avec CDPO et

le projeteur Anselme Maurice accompagné de son épouse, Aurore.

 

 

 

 «2 ans et demi pour monter le projet»

 

Philippe Lapie, responsable développement au sein de CDPO, a fait la genèse du projet devant une assistance composée

des partenaires du projet, d’exploitants agricoles, éleveurs avicoles et habitants des alentours. «Nous nous sommes rencontrés pour

la première fois le 3 février 2017,  lance Philippe Lapie en s’adressant au couple Maurice, Il aura fallu 2 ans et demi pour monter le projet,

un délai normal. Nous sommes allés visiter ensemble plusieurs bâtiments. Chez Vincent Lévêque, vous étiez la seule personne féminine dans

le bâtiment. Vous avez été effectivement impressionnée par le bâtiment. Vous vouliez faire plus petit. Le bâtiment de 40 000 poules est arrivé.

 

Beaucoup de femmes suivent ce bâtiment et je suis convaincu que cela se déroulera dans de bonnes conditions. La volière qui est ici, une RED-L, est la première volière montée par CDPO. Nous sommes allés la voir ensemble en Hollande et elle a plu tout de suite. Le matériel a été installé par les établissements Christophe Gence basés dans la Somme. Les poules vont arriver d’ici une dizaine de jours.»

 

«La ferme avait besoin d’un second souffle»

 

Le temps fort de l’inauguration a été le discours d’Aurore Maurice qui s’est adressée aux visiteurs en ces termes : «Les générations Maurice se sont succédées sur la ferme de Violaine. Autrefois, la ferme employait une dizaine de personnes travaillant dans

les champs, l’élevage de moutons et le verger. Avec les années, l’élevage et le verger ont disparu progressivement, laissant la place

aux grandes cultures de blé, betteraves, colza, pommes de terre et au machinisme agricole toujours plus moderne et toujours

plus performant.

 

Les années se suivent mais ne se ressemblent pas. Ces dernières années ont été compliquées avec une récolte 2016 catastrophique,

un coût de mécanisation en constante augmentation, les primes PAC et le prix du blé en diminution. La ferme avait besoin d’un second souffle. Mon arrivée sur la ferme n’a pas été facile. Quelle était ma place ? Quelle place je voulais prendre ?

Issue d’une famille d’agriculteurs et ayant une grand-mère agricultrice, je crois que c’était dans mes gènes. M’essayant à une bonne partie des tâches de la ferme, je fis vite le tour. J’avais besoin d’autre chose. J’adore les animaux. Anselme me dit toujours : «Aurore, Violaine n’est pas l’Arche de Noé.»

 

Un dimanche matin, nous sommes allés trier les œufs chez nos amis, la famille Robin. Nous nous sommes dit, pourquoi pas nous.

A partir de là, plus de 2 ans et demi d’interrogations, de paperasse, de stress, de coups de bourre, de remise en question. Ma première visite de poulailler a été une révélation. J’ai vu des poules heureuses, un point important pour moi. Par la suite, nous avons effectué

des visites ensemble. Nous avons été convaincus. Il n’y avait plus qu’à. Plus qu’à vous convaincre.

 

La possibilité d’utiliser le blé de la ferme dans l’alimentation des poules, l’utilisation de fientes sur la partie végétale et la création

d’un emploi nous ont assuré la complémentarité de la ferme et du poulailler. Habitant au milieu du hameau de Violaine, comme

tout le monde, nous aimons diner dans notre jardin l’été et il était inconcevable de nuire à votre bien-être mais aussi au nôtre.

Nos différentes visites et notre choix de matériel avec le séchage des fientes nous ont permis de nous assurer que nous étions dans

la bonne voie pour réduire les éventuelles nuisances.

 

En effet, le choix de l’emplacement du poulailler, du type de bâtiment, de la volière, autant d’heures de réflexion afin de faire

le meilleur choix en matière de bien-être animal, d’environnement et d’aisance de travail. Un pas après l’autre, le projet a pris forme et est sorti de terre. Nombreux ont été ceux qui sont venus voir, visiter, et poser des questions. Nous nous sommes efforcés de répondre à toutes vos questions, en toute transparence et nous restons à votre écoute.

Il est clair que notre poulailler sera en constante évolution en matière de bien-être animal et d’environnement. Nous avons pour projet d’arborer le parcours cet automne ou au printemps prochain. L’accueil, le respect et la solidarité sont le fondement de nos campagnes et de nos villages. Notre ruralité a aussi des valeurs et du sens. Faisons qu’elle rime avec dynamisme et qu’elle perdure avec notre projet dans le respect de l’environnement dans lequel nous vivons.»

 

«Il faut pousser un grand coup de gueule»

 

Jean-Marc Philippe, directeur général de CDPO, a clôturé les discours : «C’est quoi l’œuf ? Pourquoi aujourd’hui y a-t-il un poulailler

de plein air ? Tout simplement parce qu’on arrête les poules en cages pour mettre des poules en plein air. C’est un grand chemin. Aujourd’hui, c’est une aventure commune très agréable au sein de CDPO et de ses producteurs. Le monde agricole a vraiment besoin d’évoluer et de changer. C’est vrai que pour rencontrer aujourd’hui des difficultés lorsque nous montons des bâtiments, les gens

qui embêtent oublient qu’il y a un besoin économique et en même temps dans le respect du bien-être animal. Dans l’évolution de

nos terres, c’est de la fiente, ce n’est pas de l’engrais que nous mettrons à la place.

 

CDPO est une entreprise privée, indépendante, qui commercialise 1 milliard 50 millions d’œufs chaque année en grandes et moyennes surfaces. Nous sommes 2ème, 2ème ex aequo, intervenant Français. Ces œufs se retrouveront principalement dans les marques distributeurs d’à peu près toutes les enseignes. Si nous montons la production aujourd’hui, c’est parce que le consommateur ne veut plus de poules en cages.

 

Nous venons de passer des chaleurs extrêmement importantes. La mortalité n’est survenue pratiquement que dans des bâtiments cages. Dans de grands bâtiments de plein air, cela s’est formidablement bien passé. S’il n’y a pas de mortalité, cela veut dire que

les bâtiments vont bien. C’est vraiment important de rappeler cela. J’insiste là-dessus, car en ce moment nous sommes un peu embêtés par certains lobbyistes. Je crois qu’à un moment, il faut pousser un grand coup de gueule. On veut quoi, des grands bâtiments

de 200 000 poules cages ou on veut des bâtiments alternatifs comme celui-là ? Je vous souhaite tous mes vœux de réussite et

comme l’on dit, inauguration pluvieuse, inauguration heureuse.»

 

L’inauguration s’est ensuite terminée par la levée du verre de la fraternité agricole, accompagné de sucreries. Les œufs alternatifs,

une priorité des consommateurs, produits à Louâtre seront conditionnés chez CDPO, à Esternay dans le département de la Marne.

DB

 

 

 

Présent à Louâtre,  Jean-Marc Philippe, directeur général de CDPO, s’est exprimé sur la filière

de production d’œufs de consommation.  

 

Axomois : Production d’œufs codés 1, bio, où en sommes–nous aujourd’hui ?

J-M P : Il n’y a plus de projets bio. Il n’y a plus de croissance. Le marché bio avait besoin d’être approvisionné et aujourd’hui c’est un marché qui s’endort.

Le plein air est un marché en forte demande. Le prix de l’œuf bio va exploser l’année prochaine car on sera obligé d’élever les poussins en parcours extérieur dès 12 semaines. L’alimentation sera 100% bio, alors qu’aujourd’hui elle n’est bio qu’à 95%.

Le prix du bio va encore monter au moins de 10 à 15% et on va arriver à un moment où, finalement, le consommateur va avoir de plus en plus de mal à se nourrir en bio. Cela va être réservé à une élite et c’est le problème. Le plein air est vraiment un très bon compromis.

On n’est encore pas cher. Il faut pratiquement une poule par consommateur. Chaque Français mange 220 œufs par an. Une poule pond environ 280 œufs par an.

 

 

 

Axomois : Les opposants aux projets de construction de bâtiment accueillant, un nombre élevé de poules pondeuses, dénoncent l’administration de substances aux volailles à cause de la forte concentration d’animaux. Qu’en est-il exactement ?

J-M P : Cela n’a pas d’intérêt. Une poule va bien dans des bâtiments comme celui-là. Les poules ont été affaiblies lorsqu’il a fait très chaud. On aurait pu se dire qu’il faut leur mettre des choses pour repartir. Les poules ont perdu un peu de leur production.  Maintenant elles remangent et cela s'est passé tout seul. Il n’y a pas eu de mortalité. En cages, il y a eu à peu près 1 million de poules qui sont mortes entre la France, l’Allemagne, le Luxembourg et la Hollande parce qu’il a fait trop chaud.

Encore une fois, cela m’énerve. Nous avons là des gens qui ont envie de faire évoluer le monde agricole. On veut quoi ? Est-ce qu’on veut manger des œufs qui viennent d’Italie où on vous dit que ce sont des œufs bio alors que ce sont des œufs de poules en cages ?

On veut des œufs qui viennent de Hollande, de Belgique, où les normes alimentaires ne sont pas les mêmes, d’Allemagne où il y a

une concentration forte de poules ? En France, nous avons une telle pression, un tel contrôle de la Direction des services vétérinaires que nous avons des œufs qui respectent les normes européennes, et en plus, les normes françaises. Nos agriculteurs, nos paysans

sont formidables. Ils sont, là, tous les jours dans leurs poulaillers. Ils suivent cela aux petits oignons. Ce sont des bâtiments propres.

On fait les chiffonnettes partout pour être sûr qu’il n’y a pas la moindre salmonelle, machin-truc. 

 

Axomois : Nombre très élevé de poules, non-respect du bien-être animal, mauvaises odeurs : Les bâtiments de 40 000 poules pondeuses font causer. Que répondez-vous aux détracteurs ?

J-M P : J’ai tendance à dire que c’est de la bêtise humaine. C’est vouloir nuire. Je veux bien qu’on dise que les poules n’étaient pas bien

en cages. Et encore, à partir de 2012, les poules étaient déjà bien dans les nouveaux bâtiments qui étaient montés.

En France on produit de la fiente sèche. Il faut dire les choses comme elles sont. Il y a un moment où on peut avoir un problème d’odeurs, mais c’est très ponctuel. C’est quand l’agriculteur va épandre sur ses terres. Mais on veut quoi ? Est ce qu’on préfère dire qu’une fois par an, un jour, on va avoir un petit problème d’odeurs et on n’utilise pas d’engrais ou bien on préfère avoir quelque chose sans odeurs, mais totalement chimique ?

Je suis éleveur. Dans mon exploitation personnelle, cela fait 30 ans que je ne mets pas une goutte d’acide phosphorique et de potasse sur mes terres. On fait du maïs avec 80 unités d’azote. On a réduit au strict minimum l’engrais et on a une plaine superbe.

La fiente de poules est le meilleur fumier qui existe. La fiente permet de ramener les vers de terre. On ne met que 3 tonnes à l’hectare. On n’en met pas beaucoup. Si on met plus de 3 tonnes, c’est trop fort. C’est un engrais puissant et c’est le meilleur engrais qui puisse exister.

La fiente belge est source d’odeurs car elle n’a une matière sèche que de 30 à 35%. De plus, du compost est ajouté à la fiente.

Par ailleurs, les agriculteurs stockent bien souvent la fiente en bout de champ et vont ensuite taper dedans pour l’épandre.

 

Axomois : CDPO fait-il travailler des "locaux" pour ses projets ?

J-M P : Les poules sont nourries avec des céréales régionales. Nous travaillons avec des fabricants d’aliments et des constructeurs régionaux. Tout est régional. Même la main d’œuvre d’entrée et de sortie des animaux est régionale.

DB


[Vendanges 2019] Château-Thierry.  L’agence Pôle emploi ouvre un point viticole

07 août 2019

Comme chaque année, l’agence Pôle emploi de Château-Thierry ouvre un bureau dédié à la campagne des vendanges où se font rencontrer l’offre et la demande.

 

A ce jour, 650 postes sont à pourvoir ! Une expérience est indispensable pour les postes :

 

- Débardeur

- Tractoriste

- Cueilleur à tâche

 

Vous pouvez consulter toutes les offres sur pole-emploi.fr, les coordonnées téléphoniques des employeurs sont affichées.

Pour toutes questions, le point viticole est joignable au 03 23 69 59 02.

 

Agence Pôle emploi. 56 Avenue de la République. 02 400 Château-Thierry

Tél : 03 23 69 59 02

Courriel : ape.02012@pole-emploi.fr 

Facebook : Pôle Emploi Château-Thierry

Pôle emploi Château-Thierry

 


Saint-Eugène. Le festival Les Grèves Musicales revient les 30 et 31 août

04 août 2019

Rafi, le chanteur du groupe La Punkaravane.
Rafi, le chanteur du groupe La Punkaravane.

Porté en 2018 par l’association La Punkaravane et après une première édition réussie avec 450 entrées, le festival Les Grèves Musicales revient à Saint-Eugène, vendredi 30 et samedi 31 août.

 

Le sud axonais Rafi, chanteur du groupe La Punkaravane, livre le contenu de cette deuxième édition qui se déroulera une nouvelle fois à la ferme des Grèves située sur le plateau entre Courboin et Chierry.

 

Axomois : Cette année, le porteur du projet a changé.

Rafi : Oui, la deuxième édition est portée par l’association Les Grèves Musicales, association dédiée exclusivement au festival. Nous espérons faire mieux que l’an passé.

 

Axomois : Quelle est la programmation ?

Rafi : Nous présentons cette année encore des groupes qui viennent de toute la France,

avec en tête d’affiche, La Jambe de Frida, La Punkaravane, Amelie McCandless, The Wipes et

plein d’autres groupes.

 

 

 

 

Axomois : Quels genres musicaux vont faire vibrer la pâture ?

Rafi : Il y aura plein de styles différents. Cela va du rock, au punk, au reggae, en passant par l’électro, et même la chanson.

 

Axomois : La démarche écologique revient-elle également ?

Rafi : Les Grèves Musicales est un festival écologique. Nous essayons de le faire au maximum. Le public fait sa vaisselle lui-même.

La nourriture est végétarienne, même encore cette année végétalienne, par convictions écologique et éthique mais cela, c’est plus

pour moi personnellement. Les bières sont locales avec la Maquette de la Brasserie des Fables à Rozoy-Bellevalle et la bière éponyme de la Brasserie 3 Loups à Trélou-sur-Marne.

 

Axomois : Cette deuxième édition est-elle riche en nouveautés ?

Rafi : Il y a toujours la grande scène, mais cette année, une scène plus petite est installée près de la buvette et dédiée à la chanson et également au théâtre pendant les interplateaux. Autre nouveauté, nous aurons un Sound System dans la pâture pour les fins

de soirée, pour envoyer du gros reggae toute la nuit.

 

Un petit camping dans la pâture, des toilettes sèches et un vaste parking seront à disposition pour le confort du public. Comme l'an passé, le prix d’entrée au festival est libre.

DB


[Sport sur ordonnance] Philippe Lambert va effectuer un tour de France à vélo malgré sa sclérose

02 août 2019

Le noeuxois Philippe Lambert est atteint de sclérose en plaques depuis 2010. Pour mettre en lumière cette maladie qui touche plus de 100 000 patients en France, mais aussi pour démontrer que le sport est essentiel pour combattre celle-ci, il a décidé de mener un périple à vélo de 3 000 km.

 

Pour sa première étape, lundi 2 septembre, Philippe Lambert s’élancera de Nœux-les-Mines dans le département du Pas-de-Calais et arrivera à Laon à 18h30. Il sera accompagné de Serge Marcellak, Maire de Nœux-les-Mines et sera accueilli à l'Hôtel-de-Ville par Éric Delhaye, Maire de Laon.

 

Le retour est prévu le 7 octobre 2019 après 26 étapes, 37 jours, 3000km avec une journée de repos tous les trois jours.

Contact Philippe Lambert : 06 69 27 50 10. Courriel : asso.defisepnoeux@gmail.com

JR/DB


Nesles-la-Montagne. L’association La Cahoutienne organise son premier salon artisanal et gourmand les 28 et 29 septembre

23 juillet 2019

L’association La Cahoutienne organisera désormais chaque année un salon artisanal et gourmand le troisième week-end

de septembre, pour proposer à un large public un événement convivial et chaleureux.

Ce salon artisanal pourra se dérouler à La Maison du Temps Libre, rue de Paris, à Nesles-la-Montagne, ainsi que sous un chapiteau, sous réserve d’accord de la commission de sécurité.

 

La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 1er septembre de chaque année. Les chèques d’inscription et de caution peuvent être envoyés à tout moment lors de l’inscription au siège de l’association : 20 Rue du 8 Mai 1945. 02 400 Nesles-la-Montagne.

Un récépissé sera adressé pour tout dépôt de dossier.

DV

Télécharger
Contrat de présence salon d'automne 201
Document Adobe Acrobat 9.8 MB

Dormans. Une rentrée scolaire 2019 sur mesure avec la Maison de         la Presse Éva’sion

11 juillet 2019