Condé-en-Brie. Noël avant l’heure pour les employés municipaux

De gauche à droite : Daniel Lefèbvre, Daniel Antoine (1er adjoint au maire), Eric Assier, Damien Berté, Francis Rahir et Jacques Krabal.
De gauche à droite : Daniel Lefèbvre, Daniel Antoine (1er adjoint au maire), Eric Assier, Damien Berté, Francis Rahir et Jacques Krabal.

Vendredi 1er décembre, Daniel Lefèbvre et Damien Berté, les deux employés municipaux du bourg-centre de Condé-en-Brie, ont reçu leur cadeau de Noël : un tracteur ! Certes, le cadeau est arrivé un peu avant l’heure, mais qu’importe, pour les agents, c’est le geste qui compte.

 

« Le tracteur, tout équipé, a coûté 44 000€ hors taxes. Nous avons bénéficié de la réserve parlementaire du député Jacques Krabal pour un montant de 2 000€. L’équipe municipale et moi-même avons choisi un Kubota car les engins de cette marque ont une garantie

de 3 ans » précise Eric Assier, le maire qui pilote non pas le tracteur, mais cette commune sud axonaise de 670 habitants.

 

Pour Francis Rahir, le responsable de l’agence Rocha à Château-Thierry, distributeur de la marque japonaise Kubota, le tracteur de la série M9960 n’a que des qualités. « C’est un tracteur de 100cv, 4 cylindres, 3l8 de cylindrée. Il est complet, pas compliqué et très maniable. A bord, vous avez la climatisation et un siège pneumatique. Le tracteur est doté d’un rayon de braquage très court et il offre une très grande visibilité au conducteur » commente le patron de l’agence sud axonaise spécialisée dans la vente de matériels agricoles et de motoculture.

 

Répondant à l’invitation du maire de Condé-en-Brie, le député Jacques Krabal est revenu, autour d’un café, sur la réserve parlementaire. « 2 000€, cela fait peu mais c’était la règle de la réserve parlementaire. Quand on disait que c’était du clientélisme, c’était un coup de pouce aux petits investissements dans les communes rurales. Moi, je l’avais dédiée à cela. Maintenant il va y avoir autre chose. On va attendre ce qui va s’écrire. On va voir comment on va pouvoir agir afin que ce ne soit plus le député qui octroie, mais que cela soit fait dans un cadre plus politique » déclare le député de la 5ème circonscription.

 

Le parlementaire s’est ensuite attardé sur le matériel technique dont dispose les communes du territoire. « Dans les communes moyennes comme la vôtre, il y a un besoin en matériel. Il faut innover et innover, c’est avoir du matériel opérant. Quand j’étais élu dans la commune de Brasles, il n’y avait pas de tracteur. On faisait les caniveaux à la brouette, à la pelle, au balai et roule ma poule ! Aujourd’hui, pour mieux répondre aux attentes en matière d’entretien, de propreté, c’est de mutualiser le matériel. Si les communes font appel à des prestataires de services, ça coûte bonbon. La communauté d’agglomération devrait réfléchir à un parc de matériel que l’on peut passer d’une commune à l’autre car nos habitants sont de plus en plus exigeants. Il faut aussi sécuriser l’action de nos agents sur la voie publique où il y a une notion de danger. C’est de plus en plus compliqué. Il va falloir mutualiser concernant la voirie et les espaces verts » souligne Jacques Krabal.

 

Quant aux employés municipaux, leur sourire faisait plaisir à voir. « Nous allons recevoir le relevage avant, un godet ainsi qu’un chargeur de palette. A l’arrière nous pourrons utiliser les accessoires que nous avons déjà » précisent, de concert, Daniel et Damien qui ont pu donner leur avis lors du choix de l’engin.

« Avec votre nouveau tracteur, il faudra vous serrer quand vous passerez dans ma rue » lance une mamie condéenne. Si l’engin est quelque peu imposant, ce n’est pas non plus un monstre.

Les municipaux seront sans nul doute attentifs à ne pas rayer les façades des habitations, ni la peinture de leur nouveau jouet. DB

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0