[Sécurité] Relance du dispositif Participation citoyenne

Instaurée pour la première fois en 2006, la démarche Participation citoyenne  a pour but de rassurer la population, d'accroître l'efficacité de la prévention de proximité et d'améliorer encore la réactivité des forces de l'ordre contre la délinquance. Si la mise en œuvre des différents dispositifs et mesures de lutte contre la délinquance sont de la compétence du préfet et des maires, la sécurité est l'affaire de tous.

 

Co-signé en 2015 dans la salle des mariages de Condé-en-Brie par le préfet Raymond Le Deun, le colonel Carlos Mendes, commandant du groupement de gendarmerie départemental de l’Aisne et Eric Mangin, président de la Communauté de communes du canton de Condé-en-Brie (4CB), le dispositif est ensuite resté dans les tiroirs. Aucune réunion n’a programmée dans chaque bourg de la communauté de communes pour présenter le nouvel outil.

 

Mercredi 18 octobre, le Capitaine Jean-Emile Vaesen, commandant en second au groupement de gendarmerie départementale de l’Aisne, Compagnie de Château-Thierry,

le Lieutenant Romain Freytag, commandant la Communauté de brigades de Château-Thierry et l’Adjudante-Cheffe Daphnée Texier, commandant la brigade de proximité de Condé-en-Brie, sont venus relancer la Participation citoyenne lors d’une réunion publique d'information à Condé-en-Brie.

Une trentaine de personnes, élus et habitants du territoire, étaient présents dans la salle communale du village.

 

Certains quartiers, lotissements ou zones pavillonnaires sont touchés par des phénomènes de délinquance multiformes : cambriolages, démarchages conduisant à des escroqueries, dégradations et incivilités diverses, etc...

Les causes sont aisément identifiables : isolement, niveau de richesse élevé, prédominance de personnes seules, etc...

 

La démarche consistant à associer les habitants d’un ensemble résidentiel à la protection de leur environnement par une participation citoyenne offre de nombreux avantages en ce qu’elle permet :

 

. de rassurer la population,

. d’améliorer la réactivité des forces de sécurité contre la délinquance d’appropriation,

. d’accroître l’efficacité de la prévention de proximité.

 

« La participation citoyenne, ce n’est pas de la délation ! » a lancé le capitaine Vaesen. L’outil qu'est la Participation citoyenne permet d'améliorer la qualité de vie et renforce la cohésion des habitants devenus acteurs de leur propre sécurité.

« On ne vous demande pas de vous mettre en danger. Ce n’est pas votre boulot » a par ailleurs souligné le gendarme.

 

La démarche Participation citoyenne ne se substitue pas à l'action de la gendarmerie nationale. Elle associe les habitants.

Ce dispositif encourage la population à adopter une attitude solidaire et vigilante ainsi qu'à informer les forces de l'ordre de tout fait particulier. Une surveillance mutuelle des habitations en l’absence de leurs occupants, un ramassage du courrier, un signalement à la gendarmerie en composant le 17 des faits d’incivilités, vigilance démarcheurs, véhicules suspects, etc...,

se mettent alors en place.

« Cela devrait être un comportement normal » commente Gilles Lefèvre, journaliste à l’hebdomadaire L’Axonais.

 

Pivot en matière de prévention au sein de sa commune, le maire joue un rôle majeur dans la mise en place et le suivi du dispositif qui implique l'agrément de "référents citoyens" dans les quartiers. Ces référents seront sensibilisés aux phénomènes de la délinquance au cours de réunions organisées conjointement par la commune et la gendarmerie.

« J’espère que nous aurons suscité des vocations » a conclu le capitaine Vaesen après 1h30 d’explications et d’échanges. DB

 


Le Gland destin

 

Après ce qu’a décoché à leur encontre le maire de Gland, Gérard Pellamatti, les rurbains de ce village sud axonais de 457 habitants (données Insee 2014) sont habillés pour l’hiver. « Il y a un renouvellement de la population. Ceux qui viennent d’Ile de France ne vivent que pour eux. Dès qu’ils arrivent, ils construisent des clôtures de 2 m de haut. Ils ne rencontrent pas la population » lance l’édile.

Ici, le dispositif  Participation citoyenne pourrait bien faire pschittttt !

 

Gland est un drôle de pays, tout de même. Il y a un bourg sud axonais où des rurbains s’ouvrent aux habitants ayant des racines locales. Ils accompagnent des ados dans leur scolarité, montent un Tout Petit Festival d’Agri’Culture, encadrent les enfants pour toquer, le soir venu, aux portes des maisons lors de la fête Halloween, lancent des pétitions qui concernent toute la population du village. L’arbre qui cache la forêt... DB

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Chronos (jeudi, 19 octobre 2017 14:15)

    « La participation citoyenne, ce n’est pas de la délation ! » a lancé le capitaine Vaesen. : Si ce n'est pas de la délation, cela lui ressemble.
    Qu'ont-ils fait les gendarmes de Condé-en-Brie suite à une intrusion à qui nous apportions la preuve en photos du présumé coupable ? Que dalle !
    Pour moi la "participation citoyenne" dans un village ce n'est pas cela.
    "Une surveillance mutuelle des habitations en l’absence de leurs occupants, un ramassage du courrier" : Avec amis et voisins nous le pratiquons depuis déjà plusieurs années.