CARCT. Ordures ménagères : la redevance incitative patine !

Hotel de Ville de Château-Thierry. Mardi 9 mai, les élus de la CARCT siègent dans le salon de la Légion d'Honneur.
Hotel de Ville de Château-Thierry. Mardi 9 mai, les élus de la CARCT siègent dans le salon de la Légion d'Honneur.

Si le ramassage des ordures ménagères fonctionne bien, même plutôt bien, du côté du territoire de l’ex Communauté de communes du canton de Condé-en-Brie (4CB), il n’en va pas de même pour le ramassage des sous de la redevance incitative ! Explications.

 

« Nous sommes au mois de mai et nous n’entendons pas parler de l’arrivée de la facture du second semestre 2016 » lance Anne Maricot, conseillère communautaire titulaire, lors de la séance publique de la Communauté d’Agglomération de la Région de Château-Thierry (CARCT) du mardi 9 mai. « Les habitants vont avoir à payer 1 redevance incitative et demie. Les administrés s’interrogent fortement. Cela va être compliqué pour eux ! » poursuit la maire de Jaulgonne.

 

Dans la ligne de mire de celle qui est également conseillère départementale (canton d’Essômes-sur-Marne) : Claude Jacquin, 10ème vice-président en charge de la politique des déchets, de la prévention et tarification incitative au sein de la Commission Environnement.

 

L'élu, maire de Mézy-Moulins, détaille la situation actuelle en ces termes : « Nous avons 600 mandats à refaire à la suite d’une erreur de notre prestataire, Sita Suez, pour ne pas le nommer. Cela occupe actuellement 1 personne et demie à temps plein sur la CARCT. Le lancement de la seconde facturation 2016 doit obtenir l’accord des services fiscaux.

Actuellement, nous réglons les litiges de 800 abonnés concernant la facturation du premier semestre 2016. Ensuite seulement, nous lancerons la facturation du second semestre. Elle n’arrivera pas avant le mois de septembre.

Ce n’est pas si simple que cela. Il faut venir faire un p’tit tour à la CARCT. En plus des litiges, il faut tenir compte des abonnés qui ne paient pas, car des puces ne sont pas reconnues. Des abonnés sont collectés mais ne reçoivent pas de facture. Cela représente quelques centaines d’abonnés.

Il faut remettre tout cela à plat avant de repartir à zéro » .

 

Anne Maricot ne souhaite pas en rester là et remet une couche :

« Il est quand même incroyable d’apprendre aujourd’hui 9 mai, que nous avons un tas de clients, d’administrés, qui ne paient pas ! Comment va-t-on faire pour leur dire que cette année, il faut rattraper 2016 ?! Avec toutes les difficultés financières qu’il y a… ».

A cet instant précis Bruno Lahouati, 5ème vice-président en charge du tourisme et l’œnotourisme au sein de la Commission développement du territoire, mais surtout ex vice-président en charge de l’Environnement au sein de la défunte 4CB, saisit un micro et déclare à l’attention de ses collègues : « Pour information, dans le tarif redevance incitative qui a été établi (à l’époque, par la 4CB ndlr), il était prévu 10% d’impayés. Nous savions depuis le début qu’il y aurait des risques d’impayés. La mise en place d’un fichier efficace prend en moyenne 2, voir, 3 factures. Il faut un suivi efficace.

Pour une collectivité de 4 000 foyers, il faut envisager 2 agents à temps complet pour le suivi de ce fichier. Cela a été dit depuis le début. Si nous faisons l’impasse sur ce personnel, nous allons devant un échec ! Dans le contrat signé avec Sita Suez, nous avions souhaité avoir le suivi des abonnés et la transmission des modifications au prestataire. Qui est le plus à même de suivre le fichier, si ce n’est un élu, un maire, sur le terrain ».

 

Prenant la parole derrière le maire de Vallées-en-Champagne, Eric Mangin, 1er vice-président, et maire de Crézancy, plombe un peu plus l’atmosphère en indiquant que « 600 à 700 000€ sont dehors. Cela nous fera pratiquement un décalage d’un an de recettes ».

Comme le souligne une habitante de Trélou-sur-Marne :

« Ben, ça promet ! ». Une abonnée de Vallées-en-Champagne voit, quant à elle, les choses de cette manière : « Ils ne veulent pas que la redevance incitative soit étendue à toute l’agglo. Ils préfèrent employer 2 agents à temps plein, ailleurs ».

Claude Jacquin s'est voulu rassurant en indiquant qu’un rendez-vous était fixé avec les élus de la Communauté de communes du canton de Charly-sur-Marne (C4). Sur ce territoire, la redevance incitative est en place depuis le 1er janvier 2016. DB

 


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Chronos (mercredi, 10 mai 2017 15:53)

    Cela ressemble à du grand amateurisme ou je ne m'y connais pas.
    On se demande bien pourquoi l'année d'essai (année blanche) a semble-t-il bien fonctionné alors qu'une fois le tout repris par la CARCT , c'est le foutoir ??????
    Peut-être était-ce trop simple, alors on complique et le résultat est là, plus rien ne fonctionne comme prévu.
    Pourquoi faire simple quand on peu faire compliqué.