Baulne-en-Brie. Emouvante cérémonie d’hommage aux déportés

Dimanche 30 avril, la place Daniel Beaucreux, du nom d’un résistant, enfant du village, mort en déportation, a une fois encore été le théâtre d’une émouvante cérémonie dans le cadre de la Journée nationale de la Déportation.

 

Ouverte par Bruno Lahouati, maire de Vallées-en-Champagne, la cérémonie a été présidée cette année par Jean-Paul Clerbois, maire d’Essômes-sur-Marne, chef-lieu de canton.

Comme à l’accoutumée, Marcel Dartinet, chef du protocole, s’est acquitté de sa tâche sans faille. Il en est allé de même pour les nombreux porte-drapeaux des associations patriotiques et d’anciens combattants aux ordres de Georges Pottier, président d’honneur de l’association des porte-drapeaux de Château-Thierry. La présence de ces derniers est essentielle pour l’expression du devoir de mémoire dont ils sont un des symboles les plus forts.

 

La lecture de textes et lettres de déportés par le groupe Dorie Capadine, et de jeunes récitants de la commune nouvelle, ainsi que les allocutions des personnalités ont été ponctuées par la diffusion du Chant des partisans, l’appel aux morts, le dépôt d’une gerbe, une minute de silence aux morts, et enfin la diffusion de la Marseillaise.

 

Un vin d’honneur offert par la municipalité valcampanienne, et servi en plein air sur la place de l’église, a clôturé un rendez-vous majeur initié par les élus de Baulne-en-Brie en 2009.

 

Pourtant annoncé, il n’est pas venu ! Lors de sa visite ici même le 17 mars dernier, Ronan Léaustic, sous-préfet de l’arrondissement de Château-Thierry avait indiqué qu’il reviendrait dans la commune nouvelle de Vallées-en-Champagne à l’occasion de  la Journée des déportés. A l’époque, il ne pensait sans doute pas que l’élection présidentielle serait hors norme.

Une autre absence a été remarquée, celle d’Etienne Haÿ, le président de la toute nouvelle Communauté d’Agglomération de la Région de Château-Thierry. Celui qui est également le maire d’Epaux-Bézu n’est pourtant pas tenu au droit de réserve.

 

Cette année, les habitants de la commune nouvelle et les élus des communes voisines étaient moins nombreux que par le passé. Il ne faudrait tout de même pas que s’efface l’évocation de cette triste période où le monde a perdu de son humanité pour sombrer dans l’horreur absolue… DB

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0