La Chapelle-Monthodon : l’art de la provoc

Un bac à ordures  de 120l réduit à l’état de cendres, les quatre pneus d’une voiture crevés : la nuit de mercredi à ce jeudi 6 avril a été chaude dans le bourg sud axonais de 190 habitants.

Qui a (encore) fait le coup ? C’est la question que désormais, chacun se pose.

 

Sur la place de l’église, le bac en plastique, installé en remplacement de la poubelle en bois partie en fumée au cours de la nuit du 6 au 7 mars dernier, aura vécu 1 mois. Les quatre pneus d’une voiture garée sur cette même place ont été, quant à eux, crevés. Cerise sur le gâteau : deux enjoliveurs ont disparu !

 

Il y a quelques années, 2 véhicules stationnés dans deux rues différentes du bourg avaient subi le même sort à quelques mois d’intervalle.

L’affaire, relayée auprès de la population, n’a jamais été élucidée. Celle-ci aura-t-elle plus de chance ? Il est permis d’en douter.

 

« J’ai demandé aux riverains sur la place. Hier soir, ils ont fermé leurs volets à 22h30 et n’ont rien entendu » explique la propriétaire du véhicule. « Je ne peux pas aller travailler. J’ai gagné ma journée ! » lâche-t-elle quelque peu dépitée. « Nous ne sommes plus tranquille chez nous ! » constate avec un brin d’inquiétude, une élue de la commune.

 

Début avril, la population odonienne a été informée de la destruction de la première poubelle. Toute la population. La provocation est comme la connerie : sans limite. Enfin, jusqu'au jour... DB

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0