Vallées-en-Champagne : bientôt une ferme éolienne !

L’éolien est une source propre d’électricité qui, selon un rapport commandé par l’Agence de l'environnement et de la maitrise de l'énergie (ADEME) participerait à 63 % à un scénario dans lequel la France serait alimentée à 100 % en électricité renouvelable en 2050. Mais force est de constater que cette ressource naturelle n’est pas appréciée de tous. On reproche aux parcs éoliens d’être trop bruyants, sources de pollution visuelle et à l’origine d’accidents de volatiles. Des nouveaux mâts sans pales vont changer la donne, et notamment en 2020 à La Chapelle-Monthodon, commune nouvelle de Vallées-en-Champagne.

 

Une start-up espagnole a en effet trouvé la solution pour exploiter l’énergie éolienne à grande échelle tout en se passant précisément des pales. Alors que les éoliennes traditionnelles utilisent les courants réguliers pour faire pivoter les pales, de nouveaux mâts utilisent l'effet aérodynamique des tourbillons d’air. Ceux-ci sont conçus pour vibrer autant que possible. A leur base, deux anneaux magnétiques accentuent encore le mouvement d’oscillation. Quand le mât oscille dans une direction, les aimants le repoussent dans la direction opposée. L’énergie cinétique du mât est ensuite convertie en électricité.

 

Totalement silencieuses, ces éoliennes légères et robustes s’intègrent mieux dans le paysage et ne tue pas les oiseaux, ni les chauves-souris. Les autres avantages se traduisent en chiffres de la façon suivante : une réduction de 53 % des coûts de construction, de 51 % des coûts de fonctionnement, de 80 % des coûts de maintenance, de 40 % des émissions de CO2, et l’énergie produite aurait un coût inférieur de 40 % ! D’après les résultats des premiers tests, une éolienne de 170 mètres de haut permet d’atteindre 1 mégawatt de puissance. De quoi alimenter 400 foyers !

 

Le site d’implantation choisi pour ces immenses tiges en fibres de verre et carbone est le Centre d’enfouissement technique des déchets ultimes, plus connu sous le nom de « décharge », ouvert en 1975 sur le territoire de la commune odonienne, et fermé définitivement depuis le 6 juillet 2009 par arrêté préfectoral. Disponibles en 8 couleurs, les éoliennes devraient réjouir le collectif d’artistes sud axonais initiateur du surruralisme à Condé Village d’Art, ce bourg situé seulement à 6km…

 

Selon les experts, la ferme éolienne devrait dans un premier temps contribuer à faire baisser de moitié la facture d’électricité des 90 foyers odoniens. Dans une seconde phase, les habitants des deux autres communes historiques regroupées au sein de Vallées-en-Champagne, à savoir Baulne-en-Brie et Saint-Agnan, devraient bénéficier, eux aussi, de ce bon plan. Par ailleurs, les bénéfices sonnants et trébuchants tirés de l’implantation de cette ferme sur son territoire seront une belle manne financière pour le budget de la commune nouvelle Vallées-en-Champagne. Cela permettra de mettre du beurre dans les épinards de la collectivité, lorsque la dotation de l’État, maintenue actuellement, n’aura plus le vent en poupe.

 

A plus long terme, de l’autre côté de la frontière administrative, les habitants du gros bourg champenois de Dormans (2 900ha), pourraient également vénérer le dieu Éole. En effet, une extension de la décharge avait eu lieu sur le territoire de la commune marnaise, 5 ans avant la fermeture définitive du site. La commune verrait donc elle aussi un apport de beurre non négligeable dans les épinards.

Les installations de production d’électricité, et donc les éoliennes, sont déclarées d’utilité publique. La procédure administrative préalable à l’implantation de ces immenses totems prendra la forme d’une enquête publique.

Il ne reste plus à espérer que ces cônes gigotants écolos ne laisseront pas de glace les habitants du territoire. DB

 


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Chronos (dimanche, 02 avril 2017 14:35)

    Le poisson d'avril cela existe toujours !