Cuisine électorale : Isabelle Vasseur met les pieds dans le plat !

Isabelle Vasseur a siègé à l'Assemblée Nationale de 2007 à 2012.
Isabelle Vasseur a siègé à l'Assemblée Nationale de 2007 à 2012.

Ancienne députée UMP de la 5ème circonscription de l’Aisne de 2007 à 2012, Isabelle Vasseur avait déjà mis son tablier siglé Les Républicains pour préparer les législatives 2017. Mais le menu investiture qui va être affiché à la porte du Sud de l’Aisne n’est pas celui escompté. Du coup, Isabelle Vasseur a décidé de se présenter en candidate libre en juin prochain. Elle explique pourquoi dans une lettre ouverte.

 

"Madame, Monsieur, chers concitoyens,

Ce 16 janvier 2017, je me sens PLUS LIBRE, DROITE ET FIÈRE QUE JAMAIS !
Lors des primaires de la Droite et du Centre, ici, dans le Sud de l’Aisne, Monsieur François FILLON a été plébiscité. Le message est clair : les Axonais de Droite ont fait le choix d’un candidat de Droite, à la hauteur de la fonction, avec un grand projet de redressement de notre pays. Ce n’est pas une surprise : l’analyse sérieuse des derniers scrutins dans le Sud de l’Aisne, montre, s’il le fallait, son ancrage à droite. Les élections législatives de juin prochain donneront au nouveau Président la majorité nécessaire à l’Assemblée Nationale pour appliquer son programme. Mon attachement à notre territoire (j’y vis depuis 1980), mon expérience et ma volonté de poursuivre un engagement à votre service, m’ont légitimement porté à être candidate. Seule à briguer ce suffrage, j’obtins l’investiture, en juin dernier.

Quel est le sujet aujourd’hui ? Investir, ou devrais-je dire « réinvestir », un seul candidat pour « Les Républicains » (« LR ») et l’ « UDI », en lieu et place des 2 candidats (Dominique MOYSE et moi-même) précédemment investis par leur parti respectif.
Je précise que les candidatures des 4 autres circonscriptions de l’Aisne ont été entérinées, avant-hier, avec trois candidats et une candidate, tous « LR ».
Nous ferions donc, dans le Sud de l’Aisne, les frais de ces fameux accords de parti, en clair que les électeurs de Droite devraient se satisfaire d’une candidature centriste. Je ne suis pas naïve : les choses étaient déjà bien préparées : lors des dernières élections régionales, en position éligible, aucun candidat « LR », juste un candidat « UDI », tout juste arrivé de Paris, à qui on offre

une « légitimité ».
Je ne me résoudrai pas à sacrifier les électeurs de Droite.
Certaines circonscriptions valent-elles d’être mesurées à l’aune de je ne sais quelle tractation. Et donc la nôtre ? Une fois de plus !
A tout le moins, cela n’est pas nouveau en politique mais il me semblait que certains candidats prônaient la fin du « système ».
Les Français connaissent les enjeux de pouvoir, oserais-je dire les jeux de pouvoir ! Vous savez ! Ce petit « entre-soi » où avoir des réseaux, connaître les bonnes personnes, être à une place privilégiée, permet de réels soutiens voire de potentiels privilèges. Cela ne m’intéresse pas : mes soutiens, c’est vous, Axonais du Sud de l’Aisne, qui m’ont apporté et m’apportent toujours leur confiance, et vous seuls !
Pour moi l’engagement politique a toujours été et reste bien éloigné du microcosme parisien. Le petit doigt sur la couture du pantalon, je le réserve, avec honneur, à notre drapeau, à l’hymne national, aux commémorations aux monuments aux morts ou autres cérémonies en présence d’anciens combattants, de soldats, des forces de l’ordre et de sécurité.
Depuis de nombreuses années, je me suis consacrée à de nobles fonctions parce que j’ai de l’empathie pour autrui, parce que je suis attachée à notre superbe territoire, parce que je veux le voir se développer pour toutes celles et ceux qui y vivent, y travaillent et refusent d’y être moins bien traités.
A ce jour, lassée de constater la poursuite des petits calculs politiciens et d’attendre l’issue quasi certaine d’infinies tractations, je m’affranchis donc de tout engagement au sein du parti « LR » que je quitte avec regret et tristesse. Je ne me pose pas en victime, disons en dommage collatéral.
Je prends les devants afin que personne ne me taxe de dissidence.
J’ai beaucoup de respect pour vous tous qui m’avez régulièrement apporté leurs suffrages et qui le ferez lors des prochaines échéances de juin prochain. Je considère aujourd’hui que j’ai le devoir de ne pas vous abandonner. Je m’affirme, au nom de l’équité entre territoires, au nom de la parité et au nom de la fin du « système ».
Je suis ainsi en cohérence avec moi-même puisque je concluais ainsi ma lettre de candidature : « Monsieur le Président……………………
Vous laissant seul juge, avec la commission nationale d’investiture, de la légitimité de ma candidature, je vous informe néanmoins que je ne me résoudrai pas à des accords, fussent-ils nationaux, mettant en péril l’avenir de notre belle circonscription. »
Cette décision mûrie et réfléchie de me présenter en candidate plus LIBRE, DROITE ET FIÈRE QUE JAMAIS aux élections législatives de juin prochain, je la prends en toute conscience et connaissance de cause, afin de continuer à vous représenter, à défendre vos intérêts et ceux de notre ruralité.
L’enjeu est de taille mais je suis déterminée à relever ce défi !

Je réunirais dans les prochains jours mes plus proches et fidèles amis et nous mettrons en place la stratégie de campagne.
Je compte sur vous et sur votre soutien, vous qui partagez ma vision et mon engagement au service de La France !

Bien à vous,
Isabelle VASSEUR"

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    BALLERY (mardi, 31 janvier 2017 13:48)

    Nous ne resterons pas indifférents à cette missive; l’oubli, les affaires, l’intérêt, les petits calculs, en un mot la barbarie, ne menacera pas celle qui représente au mieux nos valeurs et nos projets de vie dans le Sud de l’Aisne. Le sud de l’Aisne votera pour toi isabelle.

  • #2

    Gilbert de Pusy La Fayette (mercredi, 15 mars 2017 12:44)

    Madame
    De tout cœur avec vous pour votre combat pour le programme de Monsieur Fillon .
    Je n'oublierais pas votre soutien pour notre Gare de Montmirail . Si je peux vous être utile , surtout
    n’hésitez pas . Bien amicalement .
    Gilbert de Pusy La Fayette , Maire Adjoint de Bergères sous Montmirail 51210