Condé-en-Brie : fin de mission pour le conciliateur de justice

René Béchard, le conciliateur de justice pour le canton de Condé-en-Brie, avait pour habitude de recevoir les habitants du territoire lors d'une permanence en mairie condéenne, le 2ème mardi du mois. Ça, c’était avant !

 

En effet, ce bénévole, rattaché auprès du Tribunal de grande instance de Soissons, a décidé de rendre son tablier après 15 ans de bons et loyaux services sur différents cantons du Sud de l’Aisne. Un pot de départ a eu lieu mercredi 12 octobre en fin de matinée. Histoire de marquer le coup.

 

Celui dont « la mission et non le travail » a consisté pendant toutes ces années à résoudre des conflits, sans passer par la case tribunal, sans frais et en prenant soin d’écouter et conseiller les parties, va désormais mettre la pédale douce et enfourcher son vélo. « Je vais peut-être également écrire un livre sur la politique. Pour aiguillonner, un peu. On verra…» a lancé René Béchard devant une petite assemblée composée des maires de Chartèves (Laurent Philemy), Courboin (Brigitte Rahir), Jaulgonne (Anne Maricot), Montlevon (Edgar Vervaet) et Trélou-sur-Marne (Daniel Girardin), sans oublier la toujours fringante et pétillante Gisèle Garry, 2ème adjointe au maire de Connigis.

 

« Alain Mauroy, maire de Dhuys et Morin-en-Brie et Bruno Lahouati, maire de Vallées-en-Champagne, sont excusés » avait indiqué Éric Assier en préambule.

 

René Béchard part donc vers d’autres occupations et laisse un poste vacant. Du coup, Eric Assier a rappelé l’envoi du courrier adressé au Premier président de la Cour d’Appel d’Amiens demandant la nomination d’un conciliateur sur l’ex canton de Condé-en-Brie. Ce courrier a été signé par l’ensemble des conseillers communautaires siégeant au sein de la 4CB.

 

Ni juge, ni arbitre, le conciliateur de justice est compétent dans les affaires de droit et intervient dans de nombreuses affaires civiles : problèmes entre propriétaires et locataires, de copropriété, querelles de voisinage, difficulté de recouvrement d'une somme d'argent, contestation d'une facture, etc. Sont exclus de son champ d'intervention : le droit pénal, administratif, du travail et de la famille.

 

Les élus attendent désormais une réponse… DB

 

 

 

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0