Sensation. La Terre vue du ciel

Comment quitter le plancher des vaches pour se laisser ensuite porter par les vents, à l’aventure ? Tout simplement en montant à bord d’un merveilleux balcon sur la nature : une montgolfière ! Celle de Publicit’Air.

 

Pour mettre à mal certaines idées reçues, on ne peut pas éprouver de vertige en ballon car aucune ligne de fuite ne nous relie au sol. Contrairement à une échelle ou un escabeau. Il ne fait pas froid non plus. Le ballon se déplaçant à la vitesse du vent, celui-ci est pratiquement calme durant le vol. Par ailleurs, le rayonnement du brûleur réchauffe quelque peu l’intérieur de la nacelle. Pour terminer, on ne fait pas demi-tour avec une montgolfière. Certes, l’aventure c’est l’aventure, mais qu’on se le dise, c’est droit devant !

 

Il est bientôt 6 heures, le matin va venir dans les environs de Reims. Pierre, aéronaute depuis près de 30 ans, nous accueille ainsi qu’un second couple pour une balade dans la Vallée de l’Ardre. Le départ est donné 1 heure plus tard sous un ciel limpide.La balade s’effectue à 150 mètres d’altitude… sans aucun bruit. Enfin presque. Il y a bien, ici, un coq qui vient d’ouvrir un œil, là, le chien du « voisin » qui se fait entendre et un ou deux coups de brûleur.

 

 

Histoire de prendre un peu de hauteur afin de ne pas embarquer le gallinacé  de l’église du village se profilant devant nous. Cela ferait désordre.

« Tout est beau, vu d’en haut ! » s’exclame une passagère, les mains sur le rebord du balcon. « Ça efface le laid que l’on peut rencontrer en bas » poursuit-elle, admirative. Au bout d’une heure de vol, il est temps de regagner la terre ferme. L’atterrissage a lieu sur une parcelle déchaumée après la moisson. En pilote expérimenté, Pierre pose la nacelle debout. Respect !

 

« Ce n’est pas toujours le cas. Nous trouvons parfois du vent. Du coup, la nacelle est traînée sur plusieurs mètres et nous stoppons, alors, couchés sur un côté. C’est pour cela que les consignes de sécurité que je donne avant l’envol doivent être scrupuleusement observées » conclut-il.

 

Avec Pierre, les passagers sont mis à contribution. Mais c’est avec un réel plaisir, qu’avant le départ, il faut dérouler l’enveloppe grand format du ballon, puis aider au gonflage de celle-ci. A l’arrivée, c’est tout le contraire et un poil plus fastidieux, tout de même. Un peu comme pour un matelas pneumatique…

 

 

 

Il faut donc évacuer l’air chaud contenu dans l’enveloppe de la montgolfière, replier cette dernière « sans faire de boudins », la remettre dans sa housse (miracle, ça ferme !) et la hisser en compagnie de la nacelle sur la remorque. Du coup, ça donne chaud ! L’alerte orange canicule n’étant pas étrangère non plus à l’affaire.

 

La collation pétillante offerte par Publicit'Air est alors très appréciée. Tout comme d’ailleurs le Certificat d’Ascension en Montgolfière remis à chaque passager et clôturant ainsi une superbe matinée. DB

  

Crédit photos : Pascale Bré

 

Remerciements au Comité des Fêtes de La Chapelle Monthodon, commune nouvelle de Vallées-en-Champagne.

 

// vidéo en cours //

 

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0