Connigis. La Soule : "C'est des malades !"

La Soule, ce jeu qui nous vient du fin fond du Moyen Âge a un seul et unique objectif : voir deux équipes se disputer une balle. Sans ménagement ! Pour participer, il faut tout de même avoir le cœur bien accroché, de bons poumons, de bonnes jambes et un poil de chance.

 

En marge de la fête patronale, une trentaine de joueurs se sont livrés à une immense galopade entrecoupée de mêlées plus ou moins acharnées dans les chaumes, les bois et le Surmelin ! A deux pas du bourg.

Samedi 20 août, une équipe sud axonaise composée de joueurs de Connigis épaulés d’amis venus des environs, s’est frottée à une redoutable équipe belge descendue de Liège. "C’est des malades ! C’est des malades !" hurle un spectateur à la vue d’un empilage monstrueux de joueurs couverts de sueur et de boue. Il est vrai que ce jeu interpelle quelque peu lorsqu’on le découvre pour la première fois.

 

Même si la seule règle est qu’il n’y a pas de règle, le but n’est pas de blesser. D’ailleurs, l’arbitre, appelé ici le "moine", veille au grain en étant toujours situé au plus près des mêlées et en imposant des temps morts.

La Soule c’est une lutte pour s’approprier une balle. A Connigis, la balle a plutôt le look d’un contrepoids de pendaison. Du coup, ça pèse son poids et il vaut mieux s’en séparer rapidement si on veut rester en vie !

 

Pour gagner, il faut déposer la balle dans le Surmelin, à hauteur du pont situé sur la petite route reliant le hameau du Libéra au bourg. Samedi, les sud axonais ou peut-être bien les belges ont remporté la première manche. Allez savoir !? Pas facile de les reconnaître après 1 heure de défi physique. "Ce qui compte, c’est que tout le monde prenne du plaisir"  précise Bruno Maillet, le superviseur de la Soule.

 

Le lendemain dimanche, 2 équipes mixtes composées des sud axonais et belges de la veille et renforcées donc  de quelques guerrières, ont disputé la "Gold", autrement dit la "Meilleure", sur le parcours qui tue. "Le départ est donné tout en haut du bois de la Jute. A la cabane de chasse. Ils redescendent ensuite tout droit vers le Surmelin"  indique Bruno. On imagine alors assez bien que la descente va laisser des traces. Et pas que dans le bois...

 

"Dans une clairière, ils ont fait une mêlée parmi les chardons !" rapporte un suiveur. Profitant d’un moment d’inattention, c’est Lisa, une toute jeune participante de l’équipe du même nom qui dépose la Soule sur la marque située au fond du Surmelin. Au nez et à la barbe de gros bras de l’équipe adverse.

 

"On peut dire que la Soule, c’est une autre façon de découvrir Connigis" lâche un joueur remontant du Surmelin, épuisé mais heureux. Peut-être une idée à transmettre à la Maison du Tourisme Les Portes de Champagne…

Longue vie à la Soule ! DB

 

//  Vidéo en cours //

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0