4CB : les « routes » de l’information et de la communication

Télécharger
USEDA_FTTH_contributions _4CB_20160108.p
Document Adobe Acrobat 203.5 KB
Télécharger
USEDA_FTTH_devis _4CB_20160108(1).pdf
Document Adobe Acrobat 225.5 KB
Télécharger
USEDA_FTTH_planning _4CB_20160108.pdf
Document Adobe Acrobat 176.7 KB

Depuis le 11 mars 2014 et en partenariat étroit avec le Conseil départemental de l’Aisne, l’ USEDA (Union des Secteurs d’Énergie du Département de l’Aisne) porte le projet du déploiement du Très Haut Débit sur le territoire.

Il permettra d’une part,  de moderniser le réseau ADSL dans les trois prochaines années et d’autre part, d’apporter un réseau de fibre optique jusqu’à l’abonné (FTTH : Fiber To The Home) à 75% de la population d’ici 10 ans. Cette couverture renforcera durablement l’attractivité et la compétitivité de l’Aisne par une infrastructure en fibre optique pérenne et évolutive. Ce projet s’inscrit dans le cadre du Plan France Très Haut Débit. La programmation du déploiement est prévue en 3 phases successives : Phase 1 (2015-2019), Phase 2 (2020-2024), Phase 3 à partir de 2025. 150M€ HT seront mobilisés sur la première phase du déploiement.

 

 En attendant la fibre…

 Dans la Communauté de Communes du Canton de Condé-en-Brie (4CB), des opérations complémentaires de montée en débit (MED) sont prévues pour les foyers ne pouvant pas bénéficier de la fibre dans un futur proche. L’offre de montée en débit sur cuivre permet ainsi une augmentation conséquente des débits avec un accès aux services d’aujourd’hui et de demain tout en proposant une ingénierie évolutive vers le FTTH. « Ils mettront ensuite la fibre jusqu’à la porte de chaque habitation ?! J’y croirai quand je le verrai » explique, quelque peu dubitative, une habitante de Vallées-en-Champagne.

Concrètement, une montée en débit se traduit par la pose d’un DSLAM (Digital Subscriber Line Access Multiplexeur), en français un Multiplexeur d’Accès à la Ligne d’Abonné Numérique. Celui-ci est relié à une armoire de rue sur laquelle sont connectées les lignes téléphoniques trop éloignées du nœud de raccordement d'origine. En rapprochant le DSLAM du modem des abonnés, l'affaiblissement du signal ADSL est alors considérablement diminué. Des connexions "en bout de ligne", jusqu'ici dépendantes de la technologie ReADSL, gagnent en vitesse et ne sont plus limitées à la vitesse de 512Kbits ou 2Mbits/s.

 

« Avec 8 Méga, j’espère pouvoir accéder à tous les services de mon abonnement à Canal Sat ! »

 Après cette opération « mécanique » de montée en débit, les habitants devraient bénéficier d’un débit minimum de 8 Mbits/s. A La Chapelle Monthodon, le chargement sur Facebook d’une vidéo d’un poids de 1Go et d’une résolution moyenne dure actuellement près de 8 heures. Le chargement sur la chaine You Tube des vœux du Président de la 4CB a pris, quant à lui, plus de 12 heures. Il faut dire aussi qu’il avait des choses à raconter Éric Mangin...  « Avec 8 Méga, j’espère pouvoir accéder à tous les services de mon abonnement à Canal Sat ! » s’emporte une odonienne. « Aujourd’hui, je paie un abonnement plein pot et je n’ai pas le service rendu à cause d’un débit digne de la Préhistoire du net » poursuit-elle. A défaut d’avoir de bonnes chaussées, si les habitants ont au moins de bonnes « routes » d’information et de communication… DB


Écrire commentaire

Commentaires : 0