Commune nouvelle : vers le Vivre ensemble ?

Vendredi soir 2 octobre, la municipalité de La Chapelle Monthodon a convié les habitants pour une réunion concernant  la réforme des collectivités territoriales portée par la loi NOTRe. 36 odoniens sur les 189 que compte la commune ont répondu à l’invitation de la maire, Jacqueline Picart. Au programme de la réunion pilotée par Bruno Lahouati, maire de Baulne-en-Brie, assisté de Nelly Triconnet, conseillère municipale baulnoise, responsable administrative au SARCT (Syndicat d’Assainissement de la Région de Château-Thierry) : le projet de création d’une commune nouvelle et le nouveau schéma de coopération intercommunal.

 

« Je n’ai pas vendu la commune comme certains le disent ! »

 

Jacqueline Picart, maire de La Chapelle Monthodon a planté le décor en ouvrant la réunion publique. «Je n’ai pas vendu la commune comme certains le disent ! Je respecterai la décision des habitants et celle du conseil municipal » a déclaré l’édile. Comme l’a indiqué à l’assemblée Bruno Lahouati, le projet de création d’une commune nouvelle regroupant Baulne-en-Brie, Celles-lès-Condé, La Chapelle Monthodon et Saint-Agnan est « l’idée et la demande de Claude Picart », maire de cette dernière commune. « Vigne, agriculture, petits villages : nous avons des similitudes géographiques et sociologiques » a poursuivi le maire de Baulne-en-Brie. Ce dernier a détaillé un à un les objectifs de la commune nouvelle. Il s’agit de construire un nouvel ensemble solidaire, un avenir « gagnant-gagnant » profitable aux habitants des quatre communes (et non d’une commune en particulier) et à leurs visiteurs.

 

« La mariée est belle ! »

 

Nelly Triconnet s’est attachée quant à elle à présenter les ressources de chacune des communes. « La mariée est belle » a lancé Bruno Lahouati en faisant remarquer la belle dot de sa commune. Si un regroupement n’est pas mis sur pied avant le 1er janvier 2016, les impacts financiers dus à la baisse des dotations de l’Etat  seront élevés pour les quatre bourgs. La conseillère baulnoise a analysé de façon pertinente la capacité d’autofinancement des 4 communes jusqu’en 2018. Des chiffres qui font mal ! La capacité d’autofinancement correspond à l’ensemble des ressources financières générées par les opérations de gestion d’un établissement et dont il pourrait disposer pour couvrir ses besoins financiers. Elle mesure la capacité de ce dernier à financer sur ses propres ressources les besoins liés à son existence, tels que les investissements ou les remboursements de dettes. 2 communes -Baulne-en-Brie et La Chapelle Monthodon- arriveraient à tirer leur épingle du jeu. Mais à quel prix ! Il en serait tout autrement pour Saint-Agnan  qui se retrouverait sans un sou et dans une moindre mesure pour Celles-lès-Condé.

 

« Nous n’avions pas tous les éléments »

 

Si une commune nouvelle est créée au 1er janvier 2016, elle sera administrée jusqu’aux prochaines élections de 2020 par un conseil municipal composé des 40 élus actuellement en poste dans leur commune respective. De 2020 à 2026, le conseil municipal unique comprendra, à titre dérogatoire, 19 membres. Après 2026, le nombre de conseillers municipaux sera ramené à 15.

Vallons en Champagne pourrait être le nom de la commune nouvelle. Un nom proposé par Bruno Lahouati. Ce dernier précise tout de même que les 3 autres communes devront proposer également un nom. Un choix sera ensuite fait.

Lors de la dernière séance publique du conseil municipal odonien, les élus semblaient frileux quant à la  prise d’une décision rapide sur la création d’une commune nouvelle. « Nous n’avions pas tous les éléments » a reconnu un élu, vendredi soir. Après 3 heures de débats autour de l’exposé, on ne peut plus explicite, de Bruno Lahouati et Nelly Triconnet, les élus de la commune ont maintenant toutes les cartes en mains pour prendre une décision.

 

Une Super Communauté de Communes

 

La loi NOTRe confirme la montée en puissance des régions et des intercommunalités, mais sans que cela se fasse au détriment des départements. Elle confie aux régions l’économie et les grandes orientations stratégiques, aux départements la solidarité et au bloc communal les  services de proximité.

Faute d’atteindre le seuil minimal -15 000 habitants-  que devra respecter au 1er janvier 2017 chaque intercommunalité de France, la 4CB (Communauté de Communes du Canton de Condé-en-Brie) est appelée à être dissoute. Elle devra donc faire évoluer son périmètre. Consultés début septembre par Eric Cayol, sous-préfet de l’arrondissement de Château-Thierry, 11 délégués communautaires de la 4CB sur 26 se sont prononcés pour une fusion avec l’UCCSA (Union des Communautés de Commune du Sud de l’Aisne regroupant les 5 communautés de communes de l’arrondissement de Château-Thierry).

 

« Où sont les jeunes ? »

 

Parmi l’assistance, une majorité semble se dégager en faveur d’un regroupement. Lors de cette réunion publique, les jeunes du bourg ont brillé par leur absence. Tout comme d’ailleurs 6 conseillers municipaux. 2 élus étaient semble-t-il  excusés, mais tout de même, ça ne fait vraiment pas sérieux comme dirait l’autre. « On prépare le terrain pour l’avenir » a martelé à plusieurs reprises Bruno Lahouati au cours de la soirée. Pour les jeunes odoniens, l’avenir serait-il Reims plutôt que Vallons en Champagne… DB

Écrire commentaire

Commentaires : 0