De la vigne au pressoir

Le Champagne Esterlin est une société coopérative fondée le 26 février 1948 à Mancy, commune de la région des « Coteaux sud d’Epernay » dans la Marne. Aujourd’hui, elle bénéficie d’une solide assise technique et humaine : 200 associés pour une superficie de 118 hectares d’apport à la vendange.

La structure comprend trois sites de pressurage : La Chapelle Monthodon dans le Sud de l’Aisne, Mancy et Sézanne / Allemant dans la Marne. A cela s’ajoutent 13 pressoirs particuliers. La coopérative possède, en outre,  un site hautement qualitatif de vinification et stockage. Plus de trois millions de bouteilles sont ainsi gardés à Mancy, certifié IFS depuis février 2011. Le siège social et les locaux de réception sont situés à Epernay, au 25 de la célèbre Avenue de Champagne.
La Maison de Champagne Esterlin a une société « sœur » : la SCEV des Vignobles Esterlin. Celle-ci a en charge l’exploitation de parcelles situées à Mancy mais également à Saint-Agnan, un petit bourg de 106 âmes situé à quelques encablures de La Chapelle Monthodon. Sur cette commune sud axonaise, la superficie du vignoble est de 7,5 hectares d’un seul tenant. La superficie totale des parcelles exploitées par la SCEV des Vignobles Esterlin représente plus de 10 hectares. L’acquisition du site de pressurage de La Chapelle Monthodon s’est faite en 1997. Le raisin provenant des galipes saint-agnaises
rejoint, ici,  celui de 25 adhérents des communes avoisinantes. L’apport représente environ 14% de la vendange totale. Le jus s’écoulant des 2 pressoirs de 8 000kg chacun, est ensuite transféré dans des citernes de 22 000 litres avant d’être acheminé par la route jusqu’à Mancy.

Au-delà de ces éléments, ce qui caractérise la Maison Esterlin, c’est le « beau geste » du savoir-faire champenois : l’attachement aux valeurs de leurs prédécesseurs, la recherche intransigeante de la qualité et la dimension humaine du projet d’entreprise.

De la vigne au pressoir : des images de la vendange 2015 en toute simplicité et avec l’aimable autorisation de Laurent Davaine, directeur de la Maison de Champagne Esterlin. DB

Écrire commentaire

Commentaires : 0